Que se serait-il passé si Mathieu Bastareaud avait signé au Japon en 2017 ?
Que se serait-il passé si Mathieu Bastareaud avait signé au Japon en 2017 ?

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
On a imaginé à quoi aurait pu ressembler l'aventure de Mathieu Bastareaud au Pays au soleil levant.

Souvenez-vous : en décembre 2015, La Provence révélait que Mathieu Bastareaud allait rejoindre le Japon et la Top League, du second semestre 2017 à février 2018. C'est une clause, dans son nouveau contrat, qui lui permettait d'effectuer cette pige. Las, le ¾ centre international n'a finalement jamais rejoint le Pays du Soleil Levant. Dans le Midol, il s'en était expliqué : « au final, plus que le Japon, j’avais le désir d’aller à l’étranger pour découvrir un autre rugby, une autre culture. Mais, au vu de mon âge, ça semble utopiste. » Sauf que dans une réalité alternative, le joueur formé à Massy a bien rejoint le Japon. Voilà ce que ça a donné.

Vainqueur de la Top League, et le début d'une grande histoire

Sur les conseils de son ancien coéquipier Danie Rossouw, Mathieu Bastareaud rejoint les Suntory Sungoliath, basée à Fuchu, une ville de l'agglomération de Tokyo. L'équipe vient de perdre coup sur coup Fourie du Preez et George Smith, et fait du Tricolore sa tête d'affiche. Une idée brillante : vexé par une deuxième défaite d'affilée en finale du Top 14 avec le RCT (contre le Racing 92, puis Clermont), Basta est étincelant, et sa puissance fait des ravages dans le rugby nippon. Résultat ? Les Suntory Sungoliath atteignent la finale face aux Wild Knights, et le Français inscrit trois essais après 80 minutes de folie. Matt Giteau, également de l'aventure, se charge de passer les transformations, et les deux anciens Toulonnais réussissent à vaincre le mauvais sort pour soulever le Brennus local.

Nous sommes début 2018, et Jacques Brunel – récemment nommé sélectionneur – souhaite faire de Bastareaud la base de son nouveau système. Seulement, il est sur les rotules après avoir enchaîné deux saisons sans vacances. Bernard Laporte, qui le tient en haute estime, lui permet de faire un break, et les Bleus disputent le 6 Nations sans le natif de Créteil. La paire Doumayrou – Fickou s'installe en sélection, et Basta reprend la direction du sud de la France.

Le problème, c'est que le RCT va mal. Très mal. Mathieu Bastareaud parti, Fabien Galthié ne peut le nommer capitaine, et le club varois – sans leader - est bon dernier du championnat. Mi-mars, c'est presque trop tard. Et bientôt, la sentence tombe : finaliste la saison précédente, la formation Rouge et Noire retombe en Pro D2. Bastareaud se retrouve sans club, une clause dans son contrat le libérant en cas de relégation. Nouveau riche avec l'arrivée du Dr Wild, le Stade Français souhaite le faire revenir. Mais contre toute attente, le centre décide de retourner au Japon. « C'est là-bas que je souhaite terminer ma carrière. Je suis tombé amoureux de ce pays. » Le début d'une incroyable histoire.

Mangaka à succès

Les saisons de Top League ne durent pas autant de temps que celles de Top 14. Et Basta profite de son temps libre pour s'adonner à l'une de ses passions : le dessin. Il a toujours adoré lire des mangas, et décide d'en créer un, poussé par un célèbre éditeur. Le buzz est monstrueux : l'histoire du petit Makuba, jeune garçon abandonné à la naissance et aux pouvoirs magiques, dont le rêve est de devenir rugbyman pour retrouver ses parents, déchaîne les passions. « Makuba » devient l'un des mangas les plus vendus dans le monde. Pas rancunier suite à son départ de Toulon, Mourad Boudjellal achète les droits pour Les Editions Soleil.

Objectif 2020

Bastareaud aime le rugby, mais pas que. Encouragé par son ami Teddy Riner, il se met au judo. Sur le tatami, l'ancien Massicois est encore plus à l'aise que sur un terrain de rugby. Sa progression est constante, et le voilà invaincu face aux meilleurs Japonais... La Fédération Française de Judo entend parler de ses exploits, et l'invitent à l'INSEP. Où il écrase tout le monde... y compris Riner. C'est finalement lui qui ira aux Jeux Olympiques. Organisés – tiens, tiens ! - au Japon ! La médaille d'or est une formalité. La France et la Guadeloupe continuent d'être au sommet.

Star du petit... puis du grand écran

Makuba continue ses aventures, et ces dernières sont adaptées à la télévision. Le Français, devenu bilingue, prête sa voix au personnage. Son talent ne passe pas inaperçu : bientôt, le monde du cinéma lui fait les yeux doux. Bastareaud a une « gueule » et sa popularité toujours grandissante lui permet de recevoir un grand nombre de scénarios. S'il est au début contraint d'accepter des rôles caricaturaux, il crève l'écran pour son rôle d'un... samouraï des temps modernes, qui fait équipe avec Godzilla pour vaincre des dragons. On n'avait pas vu plus WTF depuis « Sharknado », mais bizarrement, le film est réussi, et concourt même au Festival de Cannes. Le prix sera finalement remporté par un long-métrage kényan.

Le nouveau Gordon Ramsey

La cuisine japonaise vaut le détour, c'est un fait. Et on ne vous parle pas des simples sushis ! Sa carrière de rugbyman terminée, lassé par celle d'acteur, Bastareaud participe à une sorte de « Top Chef » pour les stars japonaises. Une émission qu'il remporte, après avoir revisité un tartare de cheval. C'est le début d'une nouvelle grande carrière pour lui. Il ouvre un restaurant à Tokyo, et devient l'un des rares chefs cuisiniers à pouvoir proposer du fugu à la table de son restaurant. Un poisson venimeux, qu'il vaut mieux savoir préparer convenablement...

Tatoueur

Les tatouages sont mal vus au Japon : dans la culture locale, ils sont associés aux yakuzas. Les autorités conseillent d'ailleurs aux étrangers de les dissimuler, lors de la prochaine Coupe du monde. Bastareaud, lui, est couvert de tatouage. Et il va totalement révolutionné le regard des Nippons sur la question. Mieux : en parallèle à son activité de chef étoilé, il ouvre un salon de tatouage, toujours à Tokyo. On voyage de tout le pays pour passer sous l'aiguille du Francilien. Un fugu, un tattoo, et merci Mathieu !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Pas de parallèle avec l'article sur les pokémon ? Genre il devient tellement célèbre qu'il y a un pokémon à son image... Déçu, pourtant l'idée de cette article semble venir de la même substance psychoactive ! 😛

  • Khris
    19611 points
  • il y a 1 an

Ça y va les questions con aujourd’hui au Rugbynistère. Z’avez pas encore décuvé de la teuf des 10 ans ? Ou vous avez remit ça pour les 10 ans et une semaine ?

lol, mais blague à part ça aurait été couteux pour le xv de France. C'est le genre de joueurs qui peut non pas symboliquement mais concrètement changer le cours d'un match. S'il n'est pas là pour gratter des tas de ballons et pour gagner de précieux mètres au contact, c'est plusieurs occaz' d'essais en plus laissées aux Anglais par ex. qu'on terrasse au final, ou plusieurs occaz de marquer des points qui ne viennent pas. Avec n'importe quel autre joueur à sa place, ces actions sont simplement soustraites, même si un Fofana par ex. rajouterait d'autres compétences.

  • ced
    100132 points
  • il y a 1 an

il aurait bouffé des sushis pendant 6 mois et aurait été affûté au moins une fois dans sa vie

Et le fisc japonais découvre qu'il a oublié de payer ses impôts et il fini en taule !

Prunelle serait bien emmiélé...

  • oZbeck
    26149 points
  • il y a 1 an

On aurait pas à se le fader à chaque compo?

  • Seyfr
    4495 points
  • il y a 1 an
@oZbeck

Pourquoi tu veux supprimer un bon joueur de l'équipe ?

Il gagnerait beaucoup d'argent, mangerait des sushis, améliorerait ses tatouages et parlerai à personne parce que le japonais c'est pas fastoche.

  • Ahma
    93837 points
  • il y a 1 an

Je pense qu'il avait le potentiel pour faire carrière au Japon, toutefois en débutant à un âge aussi avancé il n'aurait eu pratiquement aucune chance de devenir yokozuna.

@Ahma

Ni Yokosuna, ni Yakusa..
Je pense que tu as raison : Il est déjà trop léger pour l'une et trop tatoué pour l'autre.
C'est le roi du PilouPilou et le spécialiste diététique du RCT qui lui ont n...é sa carrière japonaise.

Il jouerait au Japon.

@Team Viscères

Faut que je mette à ce jeu. Je suis trop en retard.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News