Rugby Amateur : l'ESSEC Rugby Team sacrée championne de France pour la 1ère fois de son histoire !
L'ESSEC Rugby Team est sacrée championne de France !

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Retour sur un titre historique des Parisiens, sortis vainqueurs du Final Four organisé au pied des Pyrénées.

Ah, le printemps... La période de l'année préférée des rugbymen, puisqu'elle rime avec... phases finales ! Si pour certains, la saison à XV est déjà terminée pour laisser place aux barbecues ou au Sevens (ou les deux !), d'autres ont déjà en tête la tension liée aux matchs couperets, dont le but ultime est de soulever un bouclier de champion.

Mais il n'y a pas que les clubs qui sont concernés : les équipes des écoles sont également entrées dans le money time de leur saison. C'est le cas de l'ESSEC Paris, sacrée championne de France après avoir remporté le célèbre Final Four du côté de Morláas, au pied des Pyrénées. Mathieu Chalvidal, buteur et centre de l'équipe, nous raconte.

Salut Mathieu ! Tout d'abord, présente un peu l'ESSEC Rugby Team à nos lecteurs.

L'ESRT est le plus gros club sportif de l'ESSEC. Fondé en 2002, il compte chaque année une centaine de membres de 18 à 25 ans, masculins et féminins. Tout les étudiants de l'ESSEC sont invités : du Master spécialisé au Bachelor, en passant par les internationaux en échange universitaire. Ça donne un melting-pot incroyable de joueurs : des gars de club qui ont fait toute leur école de rugby, des mecs qui débutent tout juste et à qui il faut apprendre à faire une passe, des Sudistes, des Parisiens, des Gallois... Chaque année, la trajectoire et le vécu sont différents. C'est un énorme moteur de vie et de rencontre à l’intérieur de l’école, à l’opposé du cliché élitiste des écoles de commerce.
Mais la force du groupe, c'est un noyau dur de joueurs qui ont tout donné pour le club au cours des 5 dernières années. Par exemple, Harry Sadoun et Grégoire Parfait fêtaient leur 50ème sélection en Noir et Blanc lors de la finale. Cette génération a vu une montée en puissance incroyable : avant, l'ERT jouait le maintien en championnat FFSE Ile-de-France. Depuis, c'est cinq Final Four en six ans, mais on butait sur une défaite en finale à chaque fois. Les vrais Clermontois du sport étudiant... 

Vos entraînements sont à quelles fréquences ?

Deux fois par semaine : le lundi soir, et le jeudi aprèm'. On partait de super loin. Avant, les types faisaient la fête même avant l’entrainement. Maintenant, c’est renforcement musculaire, et endurance. C’est surtout grâce au capitaine Pierre Verdier, qui est un monstre de travail physique. Bon par contre, la chouille après l’entrainement, ça n’a pas bougé par contre !

Explique-nous les échéances sportives pour une équipe comme celle de l'ESSEC ?

L'ERT est engagée sur deux compétitions phare : le Championnat Élite FFSE Ile-de-France, qui qualifie pour les championnats de France universitaire (demi-finale l'an passé face à l'INSA Toulouse.) Et la coupe de France des ESC : 20 à 25 écoles s’alignent en poule de 4, puis les matchs à élimination directe décident des participants au Final Four. La compétition démarre en octobre, et se poursuit jusqu'en avril. Il y a donc sept matchs pour être champion de France. Cette année, notre poule se composait de NEOMA Reims, IESEG Lille et de l'EDHEC, ce qui a occasionné des bons déplacement dans le Nord, et notamment un sous la neige. 

Cap ensuite vers le sud, avec ce Final Four !

Cette année, il était organisé par l’Esc Pau sur les terrains de US Morláas (Fédérale 2), au pied des Pyrénées. L'EM Lyon et Toulouse Business School étaient aussi de la partie. Samedi, l’Esc Pau bat Toulouse dans un match serré 29 à 24. Notre demie-finale débute à 15h30 sous un soleil écrasant. Nous menons de bout en bout et nous imposons 21-11 face à Lyon, dans un match de haute intensité grâce a un doublé de notre 8, Carlos Montlouis-Bonnaire. Et sans blessure, hormis le nez plié en deux du centre, Etienne Replumaz.

Retour à l'hôtel pour un cryothérapie maison à base de glaçons dans les baignoires. Le soir, les quatres équipes dînent ensemble, on retrouve des copains d'écoles adversaires, mais l'équipe reste concentrée sur l'objectif : prendre notre revanche de l'année dernière, et devenir champion de France...

Et vous ne vous êtes pas loupés...

Le dimanche, à 14h, c'est l'heure de la finale : ERT-ESC Pau ! L'équipe est en transe comme on a rarement vu dans un vestiaire de sport universitaire, c'est la dernière pour beaucoup d'entre nous, et nous sortons d'entrée le match qu'il faut, à tel point que nous menons 20 à 0 grâce à des essais d'Adrien Toulemonde et Grégoire Parfait, et un 100% au pied. L'ESC Pau revient dans le match, mais c'est trop tard: 23-12.

L'ERT est championne de France pour la première fois de son histoire, à l'endroit même ou elle avait perdu l'année dernière. C'est beau, on reste une heure sur la pelouse ensemble, à savourer, à réaliser... Moment incroyable.

Félicitations ! On termine cette belle histoire sur une anecdote qui pourrait faire rire nos lecteurs ?

Depuis sa naissance, notre bouclier Gilbert Bouclard est très précoce ! Il suit bien ses cours à l’ESSEC, il fait un peu de muscu, fait bien la fête, il a bien sur son compte Instagram avec déjà 3000 followers, et son compte Tinder en espérant qu'il joue son premier "match" bientôt ! Il est aussi attendu sur la pièce montée du mariage de notre capitaine Pierre Verdier, en juillet. On espère aussi qu'il aura un petit frère au tournoi du Top 8 à Marcoussis ce week-end.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ah ces épiciers, toujours égaux à eux même... Ce n'est pas le championnat de France qu'ils ont gagné mais bien la coupe des écoles de commerce (si j'ai bien compris l'article).

@Fufu Brindacier

A noter d'ailleurs que ce championnat d'île de France (FFSU et non FFSE) qualifie pour les championnats de France "Grandes écoles" et non pour le championnat universitaire. Ce qui permet d'éviter d'avoir des gars qui ont débuté le rugby en arrivant en école d'ingé ou de commerce face à des gars qui jouent en centre de formation de top 14 ou pro D2.

Je ne suis pas sûr d'avoir tout compris dans cet article.

On parle de de deux compétitions:
- Championnat Élite FFSE Ile-de-France : Ce championnat qualifie pour les championnats de France Universitaires => On ne connaît pas le résultat de l'ESSEC dans cette compétition (peut-être n'est-ce pas terminé ?)
- Coupe de France des ESC : Apparemment c'est le final four de cette compétition que l'ESSEC a remporté ?

L'ESSEC aurait donc remporté la coupe de France des écoles de commerce et non le championnat de France Universitaire ?

Pour avoir joué en universitaire, c'est parfois n'importe quoi en termes d'équité:
- j'ai joué contre STAPS Montpellier dont une grande partie de l'équipe était composée de joueurs du centre de formation du MHR et des clubs de la région (Béziers, Narbonne, Perpignan). On avait pris 60 points dans le museau. Certains de ces joueurs jouent à présent en TOP14 ou PRO D2. Il me semble qu'en phases finales ils n'avaient pas le droit d'aligner plus de x joueurs faisant partie du centre de formation.

- Médecine Montpellier avait également beaucoup de joueurs étant en centre de formation ou jouant en Fédérale. On avait pris 40 points dans les dents. A mon époque ils étaient champions de France pour la Xème fois d'affilée

@Falsounet

Effectivement c'est la coupe des écoles de commerce qu'ils ont remporté (voir mon autre commentaire). Pour leurs résultats en championnat, ils finissent troisième (http://www.iledefrancecrsu.com/Consulter.aspx?Poule=TOP+10+E) mais je ne sais pas si c'est suffisant pour se qualifier.

@Fufu Brindacier

Merci pour les précisions 🙂

La finale, c'était ESSEC et mat !

Derniers articles

News
Sponsorisé News
News
Transferts
News
News
News
News
News
News
News