Servette Genève : ''on fait un début de championnat qui va au-delà de nos attentes''
Le Servette de Genève, de 4e série à Fédérale 3.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le club suisse était attendu à ce niveau. Après dix journées, le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne déçoit pas.

Servette, c’est le nom d’un quartier genevois. Les aficionados de football connaissent le Servette de Genève, 17 fois champion de Suisse. Mais le club formé en 1890 avait pour première activité sportive le rugby. Depuis cette date le Servette s’est décliné en plusieurs sports, la section football en 1900, la section hockey en 1905.  Le président du Servette rugby Genève, Marc Bouchet nous le confirme: "le Servette a été fondé en 1890 et le seul sport qui y était pratiqué à l’époque était le rugby. Le football est apparu seulement en 1900 et les deux sports étaient pratiqués au club jusqu’à la première guerre mondiale où tout s’est prêté pendant 4 ans. Après la guerre, seul le football a continué jusqu’en 2014 où, grâce à Alain STUDER, le rugby est à nouveau pratiqué au Servette."

Cette année le club genevois est en Fédérale 3. Ses débuts dépassent les prévisions des dirigeants et du staff du club avec 10 matchs, 10 victoires, meilleure attaque et troisième meilleure défense, dans une poule où la concurrence vient essentiellement du club de l’Ain Villars les Dombes et des Isérois de Saint Savin (ex-Fédérale 2). Le Servette est au rendez-vous, avec un plan de marche pour le moment identique à son parcours sans tâches depuis 2014/

Pouvez-vous nous présenter le staff ?

Le staff est constitué des paires Frédéric Dubrana/Christophe Carlioz pour la première et de Didier Drif/Yann Mauvoisin pour les Espoirs. (NDLR, Christophe Carlioz ancien joueur du Servette a joué en fédérale 2 à Rumilly, Frédéric Dubrana lui est originaire du Sud-Ouest de la France. Le premier est prof de sport, le second responsable du pôle reathletisation du Servette). Quant au Comité il se compose du Président Marc Bouchet, des vice-présidents Alain Studer et Didier Fischer et des membres Alain Vuarnet et Laurent Gomez.

Un homme à l’origine du Servette ?

L’homme qui est à l’origine du Servette de Genève est Alain Studer, seul joueur né à Genève à être devenu joueur professionnel à Bourgoin et Oyonnax (fin des années 90 et début années 2000).

Comment un club suisse peut-il évoluer en France ?

Nous avons fait la demande à la FFR en 2014 de pouvoir engager toutes nos équipes de jeunes et seniors dans le championnat français pour permettre à nos joueurs de progresser en jouant toute l’année. En Suisse, la saison s’interrompt début novembre pour ne reprendre qu'en avril. Notre demande a été acceptée par le Comité de l’Ain, puis par le Comité du Lyonnais et enfin par la FFR. Nous vous commencé en 2014-2015 en 4ème série territoriale, comme tout club qui se crée.

Le Servette a enchaîné les montées et les boucliers 

Oui il y a eu jusqu’alors des montées tous les ans jusqu’a notre arrivée en Fédérale 3 cette année. Nous avons gagné tous les titres régionaux en Seniors et le titre Champion Ligue Aura (Auvergne-Rhône-Alpes de rugby) U19 niveau 1 en 2019. Nous sommes également Champions de France troisième Série en 2015 et Promotion d’Honneur en 2018. (En 2015, le Servette s’impose face à Labarthe-sur-Lèze 27-5, en 2018 les Genevois battent le RC Chameyrat 48-9)

Ce début de saison est-il conforme à vos attentes ?

Il est au-delà de nos attentes, le niveau Fédérale 3 nous était inconnu en début de saison, on ne s’attendait pas à être à pareille fête.  Aussi nos ambitions à court et moyen terme c’est de consolider notre position en Fédérale pour les Seniors et de progresser avec nos équipes de jeunes. Nous voudrions aussi obtenir 2 autres étoiles à la labellisation de notre Ecole de Rugby en plus de celles obtenues cette année. 

Vous mettez l’accent sur la formation ?

C’est l’essence même de la création de ce club : la formation, l’éducation et l’intégration sociale par le sport. C’est aussi de permettre aux jeunes Genevois et de la région, de pouvoir pratiquer le rugby de compétition au plus haut niveau possible.

Des recrues tout de même ?

Cette saison 9 joueurs de notre académie qui étaient joueurs de l’équipe championnes de la ligue AURA U19 ont intégré l’effectif des seniors. Aussi nous avons tablé que sur 5 recrues cette année (2 de Rumilly, 1 d’Annecy, 1 de Floirac, 1 de Genève Plan-les-Ouates) pour compenser 5 départs. Notre ambition est prioritairement de faire les joueurs issus de notre formation.

Quelle est la proportion de joueurs suisses en équipe fanion ?

Nous avons beaucoup de bi-nationaux (franco-suisses). Dans notre groupe Seniors, 8 joueurs sont internationaux suisses et 9 sont internationaux suisses U20. Dans nos équipes de jeunes, une quinzaine ont déjà représenté la  Suisse en U16, U17 et U18. Le Servette est le club le plus représenté en équipes nationales suisses.

Que pensez-vous de votre poule ?

Nous jouons des matchs de haut niveau tous les week-end. C’est la différence  avec la saison dernière, désormais on a affaire à des équipes habituées à jouer au niveau Fédérale. Ce n’est pas notre cas, nous découvrons ce niveau. Je trouve que dans cette poule et à ce niveau il y a beaucoup de clubs bien structurés et ambitieux.

Une petite anecdote cocasse et singulière à raconter ?

Quand notre bus a été bombardé de petits-suisses lors d’un match de phase finale de championnat de France...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News