Ecrit par vous !
La vie du rugby amateur : les phases finales
Car le rugby, c'est avant tout une histoire de bouclier...

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Les beaux jours arrivent. Le championnat touche à sa fin, les moustiques sont de retour. Après un hiver féroce, voici venu le moment où tout prend un sens.

Il est de coutume, dans notre monde qui tourne ovale, de dire que les joueurs éliminés vont à la plage une fois avril venu. C’est totalement faux : ces mecs-là vont au stade, derrière le grillage, et se mordent les lèvres de regret, en regardant les heureux élus prolonger leur plaisir le plus longtemps possible. Gagner ou mourir le temps d’un été : voilà la terrible loi du championnat de France.

Ça y est, le nom de l’adversaire est tombé. Le rendez-vous est pris sur un terrain neutre des plus rustiques, perdu au milieu des champs. Toute la semaine, tu ne penses qu’à ça. Le trésorier du club casse sa tirelire déjà bien trop maigre pour réserver un hôtel perdu dans un coin de France. Dimanche arrive enfin. Malgré les quatre heures de bus, les trente supporters de ton club ont sacrifié leur week-end pour faire le déplacement. Tu ne peux pas les trahir : ils t’ont confié une mission. La défaite n’est pas une option.

Pendant quatre-vingt minutes (parfois même plus), tu donneras tout. Pour ta ville, pour tes couleurs, pour ton club. Et puis l’arbitre siffle trois fois, la sanction tombe. Le tableau est d’une beauté cruelle. Les vainqueurs lèvent les poings au ciel et se sautent dans les bras au milieu des vaincus, les genoux à terre, terrassés par la détresse d’une fin de saison trop vite arrivée. Au pied des poteaux, les yeux embués, le vieux Jean-Mi réalise peu à peu qu’il vient de jouer son dernier match et profite des ultimes instants de sa vie de rugbyman. De l’autre côté du terrain, on pense déjà à dimanche prochain et on commence à rêver. Et puis les victoires s’enchaînent. Les rêves deviennent des espoirs. Les espoirs, des objectifs. D’abord les quarts, puis les demies, et enfin, le pinacle de la saison… la finale.

Le jour J arrive enfin. Tout ton club est là, affublé de ces couleurs qui te sont si chères. Sous un soleil de plomb, l’odeur des grillades te caresse les narines pendant que tu rejoins les vestiaires. Chaque moment a une valeur particulière. Quel que soit le dénouement, l’entraîneur entame son dernier discours, le soigneur coupe ses derniers rouleaux de strap, les plus délicats se donnent les derniers coups de casque. Depuis le couloir, le sifflet de l’arbitre retentit. Le capitaine en premier de cordée, les 23 élus sortent sous le hurlement sourd des cornes des supporters. Au fond du couloir, les nuages de fumigènes se dispersent et laissent apparaître une silhouette familière. Posé fièrement sur son présentoir aux côtés d’un délégué ventripotent en costume, le voilà qui se présente enfin. Le bouclier.

Pour les profanes, une simple gravure en toc posée sur un rectangle de bois. Pour nous, un Grâal que beaucoup ne toucheront jamais. Il est la raison pour laquelle tu es ici, la raison pour laquelle tu as pris ta voiture pour subir d'interminables entraînements dans la nuit, le froid et la boue. La raison pour laquelle tu as travaillé ton lancé, ton replacement, ta touche, ton coup de pied. Tout ça prend un sens aujourd’hui. Tout ça pour voir ton nom gravé sur un putain de morceau de bois, et ce pour l’éternité…

La vie du rugby amateur : le dimanche, c'est rugby

Yannis Dom
Yannis Dom
Cet article est rédigé par Yannis Dom, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • MILIOUZ
    10838 points
  • il y a 3 ans

C'est tellement ça... Ces quelques minutes de bonheur, cette fierté de toucher le bout d'bois, même si c'est celui de 4° serie, l'engouement de du club et du village qui enfle à chaque tour passé...
Et cette défaite, toujours cruelle, contre ces équipes d'un comité du Sud Ouest, qui résente inexplicablement des équipe 3 cran au dessus de la nôtre...
Les bringues sans fin ou comme dirait ce vieil Eugène chez les pousse citrouille "on refait le match", prêts à en découdre la saison suivante.
Et comme tous, un jour ou l'autre, le Jean-Mi c'est nous. On s'y est préparé, mais ce sifflet strident nous jette dans le vide. J'ai pleuré si longtemps ce jour là, et aucune biere n'aurait pû m'enlever ce gout amer qui me poursuit encore presque 3 ans après.

Il n'y a qu'une chose à retenir de ce subperbe article : le rugby c'est une super aventure avec plein de copains, de fierté et de bonheur, savourons cette chance d'etre sur le pré!

  • Ranor
    20718 points
  • il y a 3 ans

Cette rubrique amateur est vraiment celle qui me fait vibrer le plus! Joueur en folklo, et donc aux antipodes des pros, c'est exactement ça qui me fait aimer le rugby, cet esprit de grands enfants gentiment bagarreurs qui nous anime sur le pré!

  • m73
    10463 points
  • il y a 3 ans

Arf notre première a bien négocié le match allé en demie (honneur alpes) avec une victoire à l'extérieur mais notre réserve qui s'était qualifié aussi (et dans laquelle je joue ) s'est arrêté ici. J'ai les boules , on as joué à l'envers, bien loin de notre niveau de la saisons et on tombe contre une équipe a notre porté......bref sinon bel article. J'ai été étonné après le match en papottant d'apprendre que l'équipe adverses était payée (50 match gagné, 30 défait je crois ) , en honneur c'est assez rare il me semble non ?

On va vivre le match retour avec surement beaucoup de monde en espérant aller en finale et pourquoi pas prendre le bout de bois , la place en F3 acquise et l'aventure en championnat de france 😊 .

  • ankou
    32056 points
  • il y a 3 ans

En fédérale je ne sais pas, mais en honneur, ou en promotion honneur, c'est là que tu découvres les différences entre les régions. Financier, joueurs, et même supporteurs. Tu es d'un club ou tu n'as jamais connu de primes de match, et tu discutes avec les autres après le match, woaw tu es étonné (voir un peu envieux, ou jaloux).

On va pas se mentir, j'ai verse une petit larme.

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News