Champions - Sur 10 titres possibles en cinq ans, ils en ramènent sept au club !
Les joueurs de l'ESL Saint-Léger des Vignes remportent leur huitième bouclier !
Saint Léger des Vignes fait partie de ces clubs qui renaissent de leurs cendres. En 5 ans, le club a remporté 7 titres régionaux et un titre de champion de France.

C’est la saison des champions régionaux. Aujourd’hui, c’est Baptiste Garrant, troisième ligne et capitaine de l’ESL Rugby Saint-Léger des Vignes, champion Bourgogne pour la 3e fois d’affilée, cette année en Honneur. Formé au club depuis l’âge de 5 ans, il est allé tenter l’aventure à Nevers pendant 7 ans où il a connu la Fédérale 3, la Fédérale 2 et la Nationale B avant de passer par Annemasse en Honneur, et de revenir dans son club formateur depuis 4 ans.

L’Espérance Saint-Léger des Vignes est un des fleurons de la région nivernaise d’à peine 3000 habitants. Depuis la création du club en 1961, ils ont évolué en Fédérale 3 jusqu’à la fin des années 90 avant de jouer le championnat promotion honneur, et même un titre de Champion de France 1re série en 2011. Ce club, habitué des titres, n’a pas peur de ses ambitions et compte bien aller chercher d’autres titres dans une région où le haut niveau s’est installé depuis quelques années. Sur 8 titres possibles les quarts dernières années, réserves et équipe fanion, Saint léger en a ramener 7 dans sa valise :

  • 2015 : Champion de Bourgogne 3e série
  • 2016 : Champion de Bourgogne 2e série
  • 2017 : Champion de Bourgogne et Champion de France 1e série + Champion de Bourgogne réserve
  • 2018 : Champion de Bourgogne et demi-finaliste du championnat de France promotion honneur
  • 2019 : Champion de Bourgogne honneur et réserve

Vous vous attendiez à être en finale ?

Oui, c’était l’objectif de début de saison : la finale et la montée en fédérale 3. On a eu un début de saison compliqué où on se retrouve derrière Vesoul, premier durant une grande partie de la saison et Tournus. Mais depuis le mois d’octobre, on n’a pas perdu un match, ce qui nous a fait repasser devant nos deux concurrents. Vesoul a fini deuxième. Il faut savoir qu’en Bourgogne, il n’y a pas de phases finales, il n’y a que la finale entre le 1er et le second. La finale a été un gros match dans lequel on n’a pas été inquiété. On gagne 23 à 3, même si à la mi-temps il n’y a que 10 à 0 ! 

Vous avez donc rencontré Vesoul trois fois cette saison ?

Oui ! On les a joués deux fois en championnat, on a gagné les deux fois. Et ensuite en finale. On gagne chez nous avec le bonus, 31 à 5. Ensuite, chez eux, c’était le match de la montée en fédérale 3, et on gagne 14 à 0 alors qu'on ne fait que défendre, mais où on réussit à mettre deux contres. Vesoul monte aussi : en Bourgogne, le deuxième monte directement. 

J’imagine que les soirées bourguignonnes sont animées ?

Oui… Le soir, notre président a loué la discothèque du coin en suivant du gros retour en bus. Il y a un étage dans la boîte de nuit qui nous était dédié. C’est un petit truc, ce n'est pas une boîte parisienne ! On avait déjà fait ça quand on avait été champion en 2e série. Mais en général, on s’occupe bien, on nous laisse toutes les soirées, ce qui est une bonne chose.

Des années comme ça, on n'en connaît pas beaucoup. Il faut les vivre à fond pour le club.

L’ESL Rugby Saint-Léger des Vignes est un habitué des titres ?

On peut dire ça ! Ça fait 4 fois d’affilée que nous sommes champions de Bourgogne. Donc de 2e série, 1re série, promotion honneur, et là, honneur. On a été champion de France de 1re série également et l’année dernière, on échoue en demi-finale. Le club est parti du plus bas pour arriver aujourd’hui à ce niveau. Au départ, le club a failli couler mais quelques anciens sont venus avec des jeunes. Tous les ans, il y a eu des retours au club, comme moi. Il faut savoir qu’on a Nevers à côté, nos meilleurs jeunes vont là-bas et reviennent plus tard. Tous les ans, le niveau augmente, il y a un noyau dur qui est resté depuis le début, mais les retours au club de jeunes talents formés à plus haut niveau est bénéfique. On va aborder les phases finales de championnat de France, notre réserve est qualifiée également, donc on espère faire le plus beau parcours possible. Il y a deux ans, on était champion de France 1re série, c’est toujours des bons moments à vivre.

On n’espère pas se retrouver dans la poule des Bourguignons qui va vraiment à l’est (rires), mais plus sud parisien, et centre Auvergne.

Sur une saison, il y a bien un joueur qui a fait une connerie ?

Oui bien sûr, on élit le sagouin devant le bus. C’est-à-dire qu’on a un juge qui regarde toutes les sagaies qu’on fait la semaine, en match, aux entraînements ou même dans notre vie personnelle. Il fait sa délibération devant le peuple du bus. Soit tu es coupable, soit tu es non-coupable. Et après, tu dois tourner la roue qui te donne droit à des gages, et le plus demandé, c’est de faire le couloir du sanglier… Je vous laisse imaginer.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Quel beau club, animé par un noyau de bénévoles, de joueurs, de dirigeants,...de supporters aux belles vertus.
Et Jean-Baptiste...un exemple d'humilité, de courage et d'abnégation!

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
Transferts
Vidéos
News
News
News