Ecrit par vous !
RUGBY AMATEUR : le 23ème, celui qui ne jouera pas dimanche, et qui sera là quand même
Ah, le 23ème homme...

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
En pleine période de phases finales, toutes compétitions confondues, il faut faire des choix. Et ce n'est pas toujours facile.

C’est celui qui ne jouera pas, qui ne sera pas remplaçant, et qui fera quand même tout comme les autres. Il aura espéré, il le savait, il sera le remplaçant des remplaçants. Au cas où... Il partira en même temps que les autres, se préparera comme les autres, et au moment de rentrer dans le vestiaire, il ne se changera pas. Il croit que s’il est 23ème, c’est qu’il est nul, qu’il n'est pas au niveau ou que les entraîneurs ne l’aiment pas. Mais il ne sait pas que ses entraineurs, justement, se sont cassés la tête pendant des plombes sur son cas.

Il ne le sait pas qu’ils l’ont choisi pour son état d’esprit irréprochable, son investissement, son assurance. Il est mal, il est déçu, un peu en colère et pourtant, au fond de lui, il est fier et heureux de faire partie de cette équipe. Il sait qu’il pourrait, en cas de blessures, devenir remplaçant, inscrit sur la feuille. Que si un de ses potes se fait mal ou est malade, c’est sur lui qu’on comptera. Il le sait et n’arrive pas à vouloir du mal aux autres. Il n’arrive pas à souhaiter la blessure ou le forfait d’un copain, et pourtant, qu’est-ce qu’il aimerait le jouer ce match. Mais il le savait, il s’en doutait et il était prêt.

Prêt à jouer, mais aussi prêt à rester en costard sur le bord de la touche, à faire le porteur d’eau, le bouclier d’échauffement, le ramasseur de balle. Rôle du con, la dernière roue du carrosse. C’est comme ça qu’il se voit. Les autres, ses coéquipiers sont loin de penser comme lui. C’est leur pote, leur frère et ils le considèrent à juste titre comme un de l’équipe. Mais c’est facile à dire quand on y est dans l’équipe, justement. Ils ne peuvent pas comprendre. Pourtant, tous auront un regard pour lui, une tape avant le match, un clin d’œil. Et lui, il aura les larmes.

Parce que la motivation, la préparation, le stress, l’adrénaline, la pression, il aura tout gardé. Et quand les autres lâcheront les chevaux, lui, il lâchera autrement. C’est le lot de pas mal de joueurs quand arrivent les phases finales. Et quoi qu’il en pense, le 23ème, les autres, ils comptent vachement sur lui.. A tous les 23ème…

RUSIgby
RUSIgby
Cet article est rédigé par RUSIgby, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Mich52
    3469 points
  • il y a 2 ans

Texte bien écrit sans protège dents

Du vécu !

  • breiz93
    55060 points
  • il y a 2 ans

C'est tellement ça, que j'ai rajeuni de .... décennies!

Le 23ème homme c'est un problème de riche, le problème étant plus souvent de réussir à coucher 22 noms sur une feuille de match.

Mais très joli texte sur ce rôle ingrat.

Très beau texte, empreint de vérité et limite émouvant ...
Quand la notion de groupe est plus importante que l'égo (dédicace au petit Adrien Footeux).
Ça marche aussi pour le joueur blessé qui voit ses copains se changer et qui malgré son genou en carafe rêve d'enfiler le protège-dents et de rentrer sur la pelouse pour participer au match ... à la fête.

@DavidMartyGroupie

il aurait dû enfiler un protège-genou

@Dormeur 15

Il semblerait qu'on ai pas le droit de jouer en armure ...
Et puis niveau appui et vélocité, si c'est pour ressembler à LeDevedec ou Guillamon

@DavidMartyGroupie

Je me rappelle qu'une année on avait réussi à inscrire sur la feuille de match un gars qui s'est assis sur le banc avec un plâtre à la jambe pour éviter le forfait (on avait quand même perdu). On n'a jamais su si l'arbitre n'avait rien vu ou s'il avait choisi de ne pas voir.

  • sha1966
    54783 points
  • il y a 2 ans

je l'ai ete parfois et cette chronique c'est tout a fait ca!! merci

C'est toujours mieux que d'être le 24ème (quoique, le 24ème est au match et sirote des binouzes en tribune, et en plus, il peut chatouiller l'arbitre sans risque de carton)

Bah, si ça gagne il fera la fête comme les autres, si ça gagne pas il pourra dire que c'est parce qu'il n'y était pas....

Derniers articles

News
News
News
News
News
Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News