[Voyage Coupe du Monde] De Fukuoka à Nagasaki, l'île de Kuyshu dévoile ses merveilles
L'île de Kuyshu regorge de lieux magiques.
Parce qu'il n'y a pas que Tokyo et Kyoto au Japon, nous vous emmenons à la découverte de l'île de Kyushu.

La Coupe du monde de rugby démarre dans moins de trois moins au Japon. Lors des phases de poules, le XV de France sera amené à voyager à travers tout le Japon pour se rendre notamment sur l'île de Kyushu pour y affronter les Tonga à Kumamoto et les Etats-Unis à Fukuoka. Une région qui regorge de lieux à découvrir, de plats à déguster et de souvenirs à se faire.

Depuis Tokyo, direction la gare d'Hakata 

Fukuoka n'a peut-être pas la réputation de Kyoto et surtout Tokyo, mais elle n'en reste pas moins une ville importante sur l'archipel nippon. Et pour cause, elle abrite 5,1 millions d'habitants avec son agglomération. Une ville à la fois moderne est chargée d'histoire en raison de sa proximité avec la Chine et la Corée. Pour vous y rendre, il faut compter deux heures d'avion mais pour l'expérience, le voyage en Shinkansen depuis la capitale située à plus de 1000 kilomètres jusqu'à la gare de Hakata ne vous prendra que 6 heures. La porte à côté. Une destination notamment accessible via le Japan Rail Pass.

Un petit ramen dans un yatai ?

Si vous avez choisi d'arriver en soirée et que vous n'avez pas vraiment repéré où manger, rassurez-vous, les yatai sont là pour vous. Ces petits stands sur roue s'installent en fin d'après-midi/début de soirée dans certains quartiers tels que Nakasu, au bord du canal, Nagahama ou encore Tenjin. S'ils ne peuvent pas accueillir dix personnes à la fois, leur nombre (environ une centaine) permet à tout le monde de trouver son compte. L'idée ici n'est pas de s'installer pour la soirée. On ne peut pas réserver et les plats ne sont pas énormes. Mais cela fait partie du folklore local et la nourriture est très bonne. Sachez que l'un deux, Chez Rémy, est même tenu par un Français.

Et avec ça un petit saké ?

Le Japon est bien évidemment connu pour sa gastronomie. Mais il n'est pas en reste concernant l'alcool (à consommer avec modération bien sûr). Les Japonnais produisent de très bonnes bières, le meilleur whisky du monde, n'en déplaisent aux Écossais, et surtout un produit bien de chez eux, le saké. Boire du saké au Japon est un passage obligé. Mais en trouver un bon, c'est une autre histoire. À Fukuoka, la brasserie Suginoya, établie en 1870, vous proposera de déguster dans un cadre traditionnel de nombreux produits élaborés sur place.

La plage de Futamigaura et ses rochers mariés

Bien évidemment, vous n'avez pas fait la route jusqu'au Japon pour seulement manger et boire. Le pays regorge de lieux magnifiques et uniques. On trouve au nord-ouest de Fukuoka un endroit assez singulier au bord de l'eau. Devant un torii blanc, deux rochers situés à 150m environ sont reliés par le shimenawa, une corde torsadée de 30m pesant une tonne, comme on peut en trouver à l'entrée de temple. Sa présence signifie que l'endroit est sacré. On dit ici des deux rochers qu'ils sont mariés. C'est un des plus beaux endroits pour voir le coucher de soleil au Japon.

La fabrique de sel Mataichi no Shio

Non loin de là se trouve Mataichi no Shio, une fabrique de sel située face à la mer. Ici, on pompe l'eau de mer à raison de 180 000 litres tous les dix jours puis on la filtre via une méthode bien particulière. L'eau passe en effet à travers des tamis faits de bambou. Après huit jours, le liquide brunâtre récolté est mis dans des cuves puis porté à ébullition sur un feu de bois de cèdre jusqu'à obtenir plusieurs types de cristaux de sel. Lequel est unique puisqu'à cet endroit deux eaux se rencontrent : l'eau de mer et celle qui descend du mont Tateishi.

Le saké de Saga 

En poursuivant votre route vers le sud et la célèbre ville de Nagasaki, faites une pause dans la préfecture de Saga et arrêtez-vous dans la ville de Hizenhama. On y fabrique un saké reconnu grâce au riz cultivé localement et à l'eau des montagnes environnantes. Il est possible de faire des dégustations dans les nombreuses brasseries du coin et même de voir les étapes de sa fabrication.

Le parc de la Paix de Nagasaki

La ville de Nagasaki est devenue tristement célèbre durant la deuxième guerre mondiale suite à l'explosion de la seconde bombe atomique américaine en août 1945. Pour ne jamais oublier ce tragique évènement et les victimes, un parc de la Paix a été construit en 1955. Un lieu de recueillement avec de nombreuses statues offertes à la ville et une fontaine ou encore un musée.

La jardin Glover

Le jardin Glover à Nagasaki doit son nom à l’entrepreneur écossais Thomas Blake Glover, qui a participé à la modernisation du pays au 19e siècle. Il est arrivé au Japon à 21 ans et n'a jamais quitté l'archipel. Ce quartier atypique rassemble des maisons et des bâtiments occidentaux autour de son ancienne maison. Laquelle est la plus ancienne construction en bois à l'occidentale du pays (1863). Un lieu comme un musée à ciel ouvert à la fois romantique et offrant un superbe point de vue sur la baie de Nagasaki.

Un autre point de vue sur Fukuoka

Fukuoka ne manque également pas d'endroit pour admirer la ville avec un autre point de vue. Pour avoir un panorama à 360 degrés, la gare d'Hataka et son toit sont parfaits pour ceux qui ont le vertige. Les autres pourront préférer le point d'observation de la Fukuola Tower situé à 123m. Mais pour avoir l'une des plus belles vues sur la ville, il faut grimper jusqu'au sanctuaire Shintô Atago. 

Le sanctuaire Yutoku Inari

Si vous êtes fans de sanctuaires (chacun sa passion), sachez qu'on trouve dans la ville de Kashima, située dans la préfecture de Saga, l'un des plus grands sanctuaires du pays dédié à Inari. Inari, c'est le dieu shintoïste représenté par un renard. Il a été fondé en 1687 et son temple principal appelé honden, construit à flanc de colline, a la particularité d'être installé sur un "échafaudage" de poutres rouges. Une architecture sublime. On peut y accéder à pied ou via un ascenseur. Il est également possible de poursuivre la promenade dans la colline pour y admirer des torii rouges.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le taux d'alcoolémie élevé du nihon-shu et du sho-shu, les deux formes courantes de l'alcool de riz, facilitera l'oubli des purges du XV de France. Le Japon, marque d'une grande culture, est l'hôte d'alcools absolument remarquables.

Sûr qu’en 2023 les articles à caractère touristiques de Rugbyrama seront beaucoup moins exotiques. On sera plus dans la veine Pierre Bontes ou Jean-Pierre Pernaud...

Derniers articles

Transferts
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
Transferts