Quelles spécialisés déguster à Kyushu en suivant le XV de France au Japon ?
A Kyushu, vous aurez l'occasion de déguster la nourriture zazen. Crédit photo : Hélène Marbach
Si vous suivez les Bleus au Japon durant la Coupe du monde, vous aurez l'occasion de découvrir de nombreuses spécialités dans la région de Kyushu.

Partir au Japon, ce n'est pas seulement vivre un dépaysement visuel. C'est aussi un voyage pour vos papilles. Si vous pensiez connaître la nourriture japonaise parce que vous commandez des sushi tous les samedi devant le match. Vous vous trompez. Au Japon, et plus particulièrement à Kyushu, vous allez vivre un véritable dépaysement gustatif. Chaque préfecture a ses spécialités. Si vous vous rendez dans un restaurant avant ou après les matchs, n'hésitez pas à demander le plat que le chef recommande, autrement dit sa spécialité : « O susume » en japonais.

Des nouilles, des ramen et de la viande

À Nagasaki, et plus particulièrement dans le quartier chinois, on pourra ainsi vous proposer de déguster le champon (nouilles dans une soupe) ou bien Sara Udon (nouilles craquantes). Des plats inspirés des nouilles chinoises. Si vous avez encore de la place ou que vous êtes plus sucré que salé, laissez vous tenter par une ou deux tranches de castella, un gâteau aux œufs hérité des missionnaires portugais, pour le dessert. Dans la préfecture de Kumamoto, l'influence chinoise a inspiré les nouilles taipi-en, mais on y mange aussi de la viande. À une heure de route de Kumamoto après une randonnée ou une descente à vélo sur le Mont Aso, un volcan actif, vous pourrez recharger vos batteries avec du bœuf local ou encore de la viande de cheval. En sushi, en sashimi ou cuite, il y en a pour tous les goûts.

Des nouilles, du poisson, de la viande, il y en a pour tous les goûts. Crédit photo : Hélène Marbach

À Fukuoka, le plat local est le tonkotsu, des ramen que vous pourrez notamment déguster chez le spécialiste régional, ICHIRAN. À l’entrée du restaurant, vous choisissez votre plat à l’aide d’une machine et vous payez. Il est possible d’ajouter des accompagnements au ramen pour les plus gourmands : œuf, viande, dessert au choix. Une fois installé vous pouvez adapter votre commande à l’aide d’un petit formulaire : teneur en matière grasse, quantité d’épices, quantité de nouilles. La chaîne de restaurants a même conçu un thé spécial pour faciliter la digestion.

Au Japon, on peut commander un plat sur mesure grâce à des machines. Crédit photo : Hélène Marbach

Une expérience originale

La variété des restaurants est telle que vous ne serez jamais à court de découvertes. Chez Suito par exemple, vous pourrez vous adonner à la calligraphie, au port du kimono ou même participer à des cours de cuisine et bien évidemment savourez des plats traditionnels japonais. Si vous êtes pressés, les échoppes installées dans la rue avec quelques sièges appelées yatai seront parfaites pour vous. Rassurez-vous, nul besoin d'être bilingue en japonais, on vous y comprend toujours. Sachez qu'un yatai est aussi tenu par un Français, Rémi, installé à Fukuoka, se trouve devant le Loft.Les yatai sont une tradition à Fukuoka. Crédit photo : Hélène Marbach

Si vous avez envie de sortir de la ville pour vous ressourcer après avoir bien fêté la victoire des Bleus, sachez que dans la région de Saga, il est possible dormir une ou deux nuits dans un temple yuzenkan. Tenus par des moines zazen, ils vous proposeront de la nourriture zazen préparée avec des légumes locaux. Le lendemain matin, vous serez initiés à la prière zazen. Sur le chemin du retour en train ou en voiture - si vous avez opté pour une location - privilégiez l'option bento, un repas complet contenu dans une boîte. Vous en trouverez dans les gares ou à bord de certains trains. Ici le bento du Yufuin no Mori.Osez l'expérience zazen dans un temple yuzenkan. Crédit photo : Hélène Marbach

Si entre deux matchs, vous avez fait une excursion à Arita, arrêtez vous pour le déjeuner chez Gallery Arita. Ce restaurant est facilement identifiable car une mini très décorée est garée devant ! Plusieurs formules vous permettront de déguster les spécialités locales dans un cadre privilégié.

L'originalité est présente aussi bien dans le décor que dans l'assiette.Crédit photo : Hélène Marbach

Plutôt sucré ou salé ? Bière ou saké ?

En complément des plats locaux, chaque ville a ses confiseries qui combleront vos petites envies sucrées. Au sanctuaire Dazaifu Tenmangu (préfecture de Fukuoka), vous pouvez déguster le umegae-mochi. Un gâteau sucré" fourrée à la pâte de haricots rouges et enveloppée dans de la pâte de riz. Au passage, jetez un coup au Starbuck local, tout en bois, dans un bâtiment imaginé par Kengo Kuma, un célèbre architecte japonais.

Parce que le Japon, c'est aussi la modernité. Crédit photo : Hélène Marbach

A Hita, dans la préfecture d'Ōita, faites un stop chez le fabricant de soba manju à la devanture traditionnelle. Il se trouve à proximité de la brasserie de saké que vous pouvez d’ailleurs visiter. Pour déguster de l’anguille, demandez le restaurant Senya (ouvert le midi uniquement). Pour les amateurs de bière, il est bon de savoir qu’un musée de la bière Sapporo se trouve à quelques kilomètres du centre ville.Les Japonais sont de grands amateurs de bière. Crédit photo : Hélène Marbach

Mais pour ceux qui voudraient expérimenter quelques-uns des meilleurs sakés du pays, c'est à Kashima (préfecture de SAGA) qu'il faut se rendre. Cette ville située à une heure en train depuis Fukuoka ou Nagasaki est connue pour la qualité de son saké. On y compte six brasseries ! La rue Sakagura est d'ailleurs aménagée en ce sens et a su conserver une ambiance historique local. Profitez-en pour vous arrêter à la brasserie Fukuchiyo Shuzo pour découvrir le secret de la fabrication de l’alcool japonais élaboré à partir d’un riz spécialement adapté et qui détermine sa qualité.Le saké est une institution au Japon. Crédit photo : Hélène Marbach

[Article sponsorisé]

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Une riche culture s'accompagne toujours de riches traditions gastronomiques.

  • NicoG39
    2734 points
  • il y a 6 mois

Il manque tout de même LA vraie spécialité culinaire de Fukuaka: le "navé". Genre de pot-au-feu avec davantage de légumes que de pomme de terre. En tout cas, c'est c.que j'ai mangé à Fukuaka avant mes collègues et amis japonais.

@Alexandre-ribes, les articles sponsorisés sont toujours visibles chez moi.

Cet article était sponsorisé par Carlos Ghosn et ils ont fait disparaître le nom du sponsor ?

Derniers articles

News
Guides
News
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
News
News