VIDEO. Une journée dans la peau de Cyril Baille à Capbreton après sa grave blessure au genou

VIDEO. Une journée dans la peau de Cyril Baille à Capbreton après sa grave blessure au genou
Cyril Baille ne lésine pas sur la dépense physique.
Gravement blessé au genou en avril, Cyril Baille travaille ardemment pour revenir sur les terrains avec le Stade Toulousain et le XV de France.

En dehors d'une fracture du tibia lorsqu'il avait 13 ans du côté de Lannemezan, Cyril Baille a toujours été épargné par les pépins physiques. C'est notamment ce qui lui a permis de progresser rapidement et de manière, d'enchaîner les matchs en Top 14 jusqu'à découvrir le XV de France en novembre dernier. Un calendrier - 29 matchs de rang - qui a sans doute pesé sur le corps du jeune pilier toulousain, mais sans doute un peu moins que les 108 kilos d'une 3e ligne sud-africain le 9 avril dernier. "Sur un placage, au moment où je me baisse, je prends le genou de Duane Vermeulen sous ma rotule. Elle s’est luxée et en retombant, j’ai un bout d’os qui a sectionné le tendon rotulien", racontait-il via le site de la FFR quelques jours après sa sortie sur civière face à Toulon en Top 14.

Sur le moment, il a eu "les boules". Mais il savait que ça arriverait tôt ou tard. "On ne peut pas passer toute une carrière sans se péter. Il y a des choses beaucoup plus graves dans la vie. Il y a des gens qui ont des cancers, qui meurent jeunes… Moi, je ne suis pas mort", relativisait-il via La Dépêche. Si l'opération s'est bien passée, Cyril Baille avait devant lui plus de six mois sans jouer au rugby, et notamment six semaines d'immobilisation. Si le Stade Toulousain a de son côté engagé un joker médical pour le début de la saison en la personne du Sud-Africain, Danie Mienie, en provenance des Cheetahs, le jeune Tricolore, qui est bien entouré, entend bien retrouver sa place à son retour. 

Lequel se précise même si on l'attend pas avant le début de l'année 2018. "Ce ne sont pas neuf mois qui arrêteront tout. Je vais plutôt prendre ça comme l'opportunité de pourvoir travailler physiquement et revenir plus fort mentalement." Sans brûler les étapes afin d'éviter une rechute, c'est du côté du Centre de rééducation de Capbreton qu'il a récemment posé ses valises pendant trois semaines. Comme beaucoup de sportifs de haut niveau, le Toulousain récupère vite. "Il est aujourd’hui en avance mais il faut tout de même rester prudent avec ce genre de blessure", précise Maxime Larbaigt, son kinésithérapeute à Capbreton via le site de la FFR. Si le Stade Toulousain est impatient de le retrouver, il en va de même pour le XV de France et son sélectionneur Guy Novès, qui prend souvent de ses nouvelles. "Cela me donne encore plus envie de revenir en équipe de France. C'est un beau challenge."Crédit vidéoFFR