VIDEO. Flashback. Brian O'Driscoll prend le tampon de sa vie : « J'ai eu l'impression de mourir »

VIDEO. Flashback. Brian O'Driscoll prend le tampon de sa vie : « J'ai eu l'impression de mourir »
Brian O'Driscoll prend un tampon monstre par Scott Williams.
Le trois-quart centre irlandais est revenu dans son autobiographie sur le plus gros choc reçu pendant sa carrière. Un choc d'une force record. Brian O'Driscoll n'est pas une légende du rugby irlandais et mondial pour rien. Retraité depuis quelques mois, BOD était du genre... costaud. Jusqu'au bout, et son dernier Tournoi des VI Nations. Dans sa biographie parue récemment, l'ancien capitaine du XV du Trèfle est revenu sur les plus gros chocs reçus durant sa longue carrière. L'an passé, face au Pays de Galles, la charge de Scott Williams a retenu son attention. Et pour cause, puisque la puissance du choc bat des records...

O'Driscoll se rappelle l'action : « Williams a parfaitement lu le jeu et est arrivé lancé comme un train. Il m'a fini. Il m'a percuté avec l'épaule droite sur le sternum. Ce fut le plus gros choc de ma carrière. » Depuis quelques années, chaque joueur entre sur le terrain muni d'un GPS logé entre les omoplates. Ces GPS mesurent à la base la vitesse maximale d'un joueur, son nombre d'accélérations ou sa fréquence cardiaque. Mais les progrès technologiques aidant, ils peuvent désormais calculer la force d'une collision. Au rugby, une percussion est calculée en G, une unité d'accélération utilisée en aéronautique ou dans l'industrie automobile. Il faut savoir qu'un être humain, exposé à une force de 50g ou plus, risque la mort ou de sévères lésions et qu'un choc de 35g correspond à la collision d'une voiture accidentée roulant à 65 km/h. Au rugby, une percussion est enregistrée en moyenne à 10g, soit l'équivalent pour un pilote de de F-16 (mais sur une plus courte durée). Mais celle opposant O'Driscoll à Williams a été enregistré... à 27g !

« Je ne pouvais plus respirer, poursuit BOD. J'étais à peine conscient de la douleur et je me suis senti comme si j'étais sur le point de mourir : en panique et incapable de respirer. » Heureusement, plus de peur que de mal pour l'Irlandais. Mais on ne peut pas en dire autant du Gallois, dont l'épaule fut carrément disloquée par la violence de l'impact. Opéré, Scott Williams manqua le reste de la saison...


Crédit vidéo : RBS 6 Nations