RESUME VIDEO. En atomisant l'Allemagne, les Espagnols ne sont plus qu'à une victoire bonifiée du Mondial 2019

Ecrit par vous !
RESUME VIDEO. En atomisant l'Allemagne, les Espagnols ne sont plus qu'à une victoire bonifiée du Mondial 2019
Les Leones ne sont plus qu'à un pas du Japon.

Cet article est rédigé par Thomas Chevallot, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :

  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !

Les Espagnols, bien embarqués pour aller au Japon, devaient battre l'Allemagne ce dimanche… Pour l'occasion, même le Roi d'Espagne est venu assister à la rencontre.

Avant ce match, les Espagnols sortaient d'une défaite 23-10 encaissée en Géorgie. Une défaite qui n'a rien d'une déroute tant la composition des Leones était éloignée du XV type… et pour cause ! Le match face aux Géorgiens ne comptant pas dans le classement qualificatif pour la prochaine Coupe du Monde, les Espagnols se sont totalement focalisés sur leurs deux derniers rendez-vous cruciaux face aux Allemands et aux Belges.

Le moins que l'on puisse dire, c'est que la stratégie a été payante. Les Allemands ont vécu un dimanche cauchemardesque à Madrid, encaissant une branlée comme on en voit rarement, le tout dans un Stade Central bondé de 15 000 âmes et particulièrement hostile… Une journée à oublier, qui a cependant mis en lumière la fulgurante progression des locaux.Rugby Europe Championship - L'Espagne régale devant son public et le roi d'Espagne

LE MATCH

Dès le coup d'envoi, l'ouvreur allemand bottait en touche directement… Les visiteurs ne le savaient pas encore, mais ce détail annonçait pour eux le début d'un très, très long calvaire. Très rapidement, les Leones ont pris le score par la botte de l'arrière Albigeois Mathieu Peluchon (3-0, puis 6-0). S'en est suivi le premier essai d'une longue série, inscrit par Barthère et transformé par Peluchon (13-0). L'ailier droit Contardi a enchaîné, tout comme Peluchon (20-0). Dans la foulée, les Espagnols ont déroulé sur un maul dévastateur sur une vingtaine de mètres dans les 22 adverses : l'arbitre italien Marcus Mitrea n'a alors pas d'autre choix que d'accorder un essai de pénalité + carton jaune au N°7 allemand Falk Duwe quand rien ne va ! On joue alors la 20e minute à peine, et le planchot affiche déjà 27-0. 

L'Allemagne ne voit pas le jour

Les Allemands, à ce stade du match, n'ont vu presque aucun ballon, littéralement ! Seulement deux ou trois, peut-être. À la 27e, le deuxième ligne Anibal Bonan aplati à son tour, mais Peluchon se troue sur la transformation. Qu'importe, le score est de 32-0 et le BO déjà acquis. Par la suite, Thibaut Alvarez vient aggraver le score sur une superbe action déroulée en première main après une mêlée conquérante. Peluchon règle la mire (39-0). En fin de première période, les locaux se relâchent un peu. Les Allemands en profitent pour camper durant les cinq dernières minutes dans les 5m adverses, sans succès toutefois… sur un ballon enterré et malgré de gros efforts allemands, l'arbitre renvoie tout le monde au vestiaire sur le score de 39-0. On a presque de la peine pour les visiteurs devant l'ampleur de la débâcle.

Dès la reprise, les Leones repartent à la charge et se remettent sur les bons rails avec un essai de Gibouin, transformé par Peluchon (46-0). Fraichement entré en jeu, le N°16 Fernando Lopez vient enfoncer le clou à son tour en marquant sous les poteaux, également transformé (53-0). L'Allemagne ouvre finalement son compteur de points à la 52e, sur pénalité (53-3). Toutefois, l'embellie est de très très courte durée puisque c'est Sébastien Rouet qui vient aplatir une nouvelle fois en faveur des Leones, à peine deux minutes après la réalisation allemande ! (60-3). L'Espagne finit par se trouer à la 59ème alors qu'elle avait initié une énième attaque depuis son camp. Une passe mal assurée génère un contre opportuniste et fatal. Le N°14 allemand Zinzan Hees aplati et sauve l'honneur des visiteurs ! (60-10). Le numéro N°4 Anibal Bonan se paie un doublé, non transformé (65-10). 

L'Espagne souveraine devant son roi

Les Leones ne laissent aucun répit aux Allemands, qui se font littéralement rouler dessus. Tout en puissance, Fernando Lopez y va de son doublé également, transformé cette fois par Linklater fraîchement entré en jeu (72-10). Dans les derniers instants, l'Allemagne revient à 5m de la ligne espagnole sur pénaltouche, mais n'assure pas un de ses rares lancers… rien ne sourit aux visiteurs ! Ces derniers occis, il est vraiment temps que la rencontre se termine… Ascarat en profite pour planter un essai supplémentaire à trois minutes du terme (77-10). Alors qu'il reste à peine plus d'une minute à jouer, on peut penser que les locaux vont calmement gérer et botter en touche. Que nenni, portés par un public ultra présent, ils jouent et reviennent chez les Allemands. Pénalisés, ils rendent la balle aux Allemands qui continuent de jouer dans les arrêts de jeu ! Très bel esprit. Bien mal récompensé cependant, puisqu'un ultime turnover permet aux locaux de porter l'estocade finale par l'intermédiaire du N°22 Linklater, qui transforme lui-même son essai. 84-10, score final.Crédit vidéoDiario AS

ANALYSE

Pour le coup, l'analyse va être courte. Il y avait un gouffre entre les deux formations qui s'est traduit par un écart de 11 essais à 1… Portés par leur public et par leur envie de Coupe du Monde, les Espagnols ont explosé leurs homologues. Pris dans tous les compartiments du jeu, les Allemands n'ont absolument rien pu faire. Il n'y avait pas match, tout simplement.Le conflit Wild Rugby Academy - Fédération va-t-il coûter la Coupe du monde à l'Allemagne ?Comptablement, l'opération est parfaite pour les Leones avec cette victoire bonifiée. J'insiste sur le terme "bonifiée" : en effet, les Roumains ont également malmené la Belgique et gagné avec BO. Sachant que l'Espagne n'a qu'un seul petit point d'avance sur les Chênes, ce bonus leur permet de rester en tête !

La presse espagnole ne s'y trompe pas : habituellement totalement indifférente au petit monde du rugby, elle a cette fois-ci fait la part belle aux Leones en saluant leur parcours et cette quasi-qualification.

ET MAINTENANT ?

Et maintenant, le calcul est très simple : une dernière victoire bonifiée enverra l'Espagne au Japon en 2019. La qualification se jouera en Belgique, le 18 mars. Si les Espagnols jouent face aux Belges comme ils viennent de le faire contre l'Allemagne, les Diables Rouges peuvent trembler… Pour les Leones, il s'agit maintenant de terminer le travail. Une simple victoire couplée à une victoire bonifiée des Roumains nous obligerait à réfléchir sur les cas d'égalité, et franchement nous n'en avons pas envie. Pire, une défaite en Belgique pourrait réduire à néant deux années de travail acharné. Inconcevable.

Face à une équipe plus que prenable, l'Espagne a donc son destin en main à 100% : une victoire et 4 essais, c'est tout ce qu'il faut aller chercher.


Si t'as pas lu ces articles, tu joues pas dimanche !
Top 14 - Comment l'UBB a réussi à faire tomber le leader clermontois
News Top 14 - Comment l'UBB a réussi à faire tomber le leader clermontois 22 septembre 2018 à 17:00
Pro D2 - Quelles sont les raisons de la colère du Stade Aurillacois ?
News Pro D2 - Quelles sont les raisons de la colère du Stade Aurillacois ? 22 septembre 2018 à 15:30

Abonnez vous !

Et soutenez-nous

Pour le prix d'une pinte !

Un Teeshirt le Rugbynistère offert pour chaque abonné !
  • Pas de pub
  • Mode Lecture Confort
  • Bon d'achat Rugby 20€
  • Satisfait ou remboursé 90 jours
Top 14 - Qui a le plus à perdre lors de cette 5e journée ?
News Top 14 - Qui a le plus à perdre lors de cette 5e journée ? 22 septembre 2018 à 13:30
COMPOSITION - Le RCT a-t-il déjà gagné avec François Trinh-Duc titulaire au centre ?
News COMPOSITION - Le RCT a-t-il déjà gagné avec François Trinh-Duc titulaire au centre ? 22 septembre 2018 à 12:30

Charger les commentaires