Pourquoi le dernier essai de Leicester face au Racing 92 était-il bien valable ? [Vidéo]

Pourquoi le dernier essai de Leicester face au Racing 92 était-il bien valable ? [Vidéo]
Pourquoi le dernier essai de Leicester face au Racing 92 était-il bien valable ?
Le Racing 92, reçu 3 sur 3, a donc passé l'obstacle des Leicester Tigers. Retour sur le dernier essai anglais avec Dédé Puildébut.

Le public du Racing 92 a manqué une occasion pour redorer son image. Les ingrédients étaient là, pourtant : le club francilien se dirigeait vers un nouveau succès (bonifié) en Champions Cup. Face aux Tigers, la fête devait être belle à domicile. De quoi prouver, dans un sommet européen, que oui, le Racing a des supporters. Et que ces supporters font du bruit. Malheureusement, ce sont des sifflets qui sont venus accompagner une action magnifique de Leicester, à la relance après une interception de George Ford. Au bout ? De la roublardise. Un essai. Et des sifflets, donc. Tant pis pour le fair-play. 

Mais que s'est-il passé pour que les supporters franciliens montrent leur mécontentement ? Un mauvais geste ? Non. Une incompréhension sur une action ? Peut-être. Explications : suite à son interception, Ford joue au pied. Zebo revient bien, et parvient à sortir le ballon en touche. Ni une, ni deux, les Tigers jouent vite la touche... et surprennent les Racingmen. Essai. (4'43 de la vidéo)

Le public a-t-il vu une faute ? Notre arbitre local Dédé Puildébut revient sur la validité de l'essai :

Point Arbitrage :
  1. Lors d’une touche rapide, le ballon est lancé :
    1. Entre la marque de la touche et la ligne de but du lanceur ; et
    2. Parallèlement à ou vers la ligne de but du lanceur ; et
    3. De sorte qu’il atteigne la ligne des 5 mètres avant qu’il ne touche le sol ou un joueur ; et
    4. Par un joueur dont les deux pieds sont à l’extérieur du champ de jeu.

  2. Une touche rapide n’est pas acceptée et un alignement est accordé à la même équipe si :
    1. Un alignement avait déjà été formé  (2 joueurs de chaque équipe placés devant la marque de la touche entre les 5 et les 15m) ; ou
    2. Le ballon avait été touché après être allé en touche par une personne autre que le joueur effectuant la remise en jeu ou le joueur ayant mis le ballon en touche ; ou
    3. Un ballon différent de celui sorti en touche est utilisé.

Vous l’aurez compris, jusqu’à preuve du contraire la pancarte publicitaire n’est pas une personne et donc le joueur anglais a le droit de jouer rapidement ce ballon étant donné qu’il respecte tous les points précités. On peut seulement titiller sur le fait qu’il n'a peut-être pas les deux pieds à l’extérieur du champ de jeu (au-delà de la ligne) au moment de la passe… Mais c’est faire preuve de mauvaise foi… au moins autant que le public francilien sur le coup.

 

Et vous, auriez-vous sifflé faute ?