En poursuivant votre visite sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies pour vous fournir une meilleure expérience de navigation Plus d'info.

Bayonne : l'énigme Joe Rokocoko explique son retard à l'allumage

Bayonne : l'énigme Joe Rokocoko explique son retard à l'allumage

Publié le 28-12-2012 à 12h23 - Mis à jour le 28-12-2012 à 17h33 // Par

En novembre 2011 c’est une bombe qui débarque sur la côte basque. Joe Rokocoko (29 ans, 68 sélections, 46 essais sous le maillot des Blacks) rejoint l’Aviron Bayonnais et tout le Top 14 attend alors de voir le magicien entrer en action. Las, l’ailier ne va être que l’ombre de lui-même pendant cette première saison, n’inscrivant pas le moindre essai en championnat (il n’a toujours pas pointé dans l'en-but en 25 apparitions en Top 14). Malgré son pedigree de finisseur hors-pair, Rokocoko déçoit. "Je sais que ça va me prendre du temps, trois ou quatre matches, pour m'habituer au style de jeu français, confiait-il alors au journal l’Equipe. Une fois que j'aurai trouvé ma place et que ma famille sera bien installée à Bayonne, je sais que je ferai de mon mieux pour avoir un impact sur l'équipe et pour jouer un rugby excitant". Et du temps, la star en a mis.

Son adaptation à Bayonne

Depuis l’ailier néo-zélandais retrouve quelques sensations et peu à peu le niveau de jeu qui a fait sa gloire. Davantage décisif cette saison, il apporte enfin le plus espéré par ses dirigeants. "Je pensais naïvement que la transition entre le Super Rugby et le Top 14 serait beaucoup plus facile, je l'assume. J'assume aussi le fait que je ne m'étais pas assez bien préparé à l'approche du rugby en France. Pour certains joueurs la transition est immédiate, facile. Pour d'autres, et c'est mon cas, elle plus compliquée, admet l’intéressé sur le site internet du club. Mon jeu a évolué, je marque moins d'essais mais je plaque beaucoup plus. Je prends du plaisir à défendre, à faire reculer l'adversaire. Bien sûr, j'aimerai marquer davantage d'essais mais je suis d'abord là pour le bien de l'équipe. Pour être honnête, je préfère désormais participer à la construction d'un essai que d'être en bout de ligne, de courir et d'aplatir. J'ai fini la saison dernière usé, lessivé. Les gens attendaient tellement de moi, c'est d'ailleurs tout à fait normal, je ressentais cette pression dans les regards, les remarques que j'entendais derrière moi. Je n'étais plus naturel, je n'étais plus moi. Christian(Lanta) et Christophe (Deylaud) sont venus me voir avant mon départ en vacances, leur discours était simple : "tu fais le vide dans ta tête, tu ne penses plus à l'environnement extérieur mais tu ne penses qu'à toi. Et quand tu rentres, tu reviens avec le sourire, avec l'envie de prendre du plaisir à jouer au rugby". Et ce plaisir, le garçon l'a retrouvé.

La vie en France

Si Joe Rokocoko va mieux sur le terrain, c’est aussi parce qu’il est mieux dans sa tête, mieux dans sa vie. La France ? Il ne regrette pas un instant d’avoir fait ce choix : "Je suis heureux d'être en France, même si les premiers mois ont été difficiles, j'ai ensuite vite pris le pli. Maintenant je comprends qu'il n'est pas évident de changer de pays, de culture et de rugby. Je commence à parler Français, vous parlez encore souvent trop vite alors je prends quelques mots dans une phrase que je relie… Si je n'avais pas toute ma famille en Nouvelle-Zélande nous resterions en France. […] Quand des joueurs néo-zélandais m'appellent et m'interrogent sur l'opportunité de venir jouer en Europe, je leur conseille de ne pas hésiter mais surtout de se montrer patient, de travailler, d'échanger avec les entraîneurs ce que je n'ai sans doute pas assez fait l'an dernier. Ce n'est pas parce que tu es All Blacks, que tu comptes des sélections, que tout le monde te connait que tu vas réussir. Venir à Bayonne, c'est aussi une belle leçon d'humilité pour moi."

L’Aviron Bayonnais ne lâchera pas son joyau

Alors que l’ex joueur des Blues d’Auckland pourrait être libre à l’issue de la saison (il dispose d’une clause libératoire), le club compte plus que jamais sur lui. Reconverti au centre depuis quelques matchs, le All Black a fini par convaincre ses entraîneurs. Moins finisseur mais devenu indispensable, Joe Rokocoko devrait bel et bien prolonger son bail à Bayonne. "On souhaite le garder", affirme le vice-président du club Philippe Ruggieri. Et qui sait, peut-être va-t-il redevenir la terreur des défenses qu’il était. Le talent n’a pas disparu…

Et puis Rokocoko c'est ça...

Retrouvez l'intégralité de l'interview sur le site officiel de l'Aviron Bayonnais



Si t'as pas lu ces articles, tu joues pas dimanche
Fait N°1 : Il est plus facile de laisser un commentaire que de retourner Census Johnston. Essayez !

USAPCed
26 352 points 75% avis positifs
le 28.12.2012 à 17h46

Roco, roco ... ça me parle mais j'arrive pas à mettre un visage sur le ... ho mon dieu.

Club de Rugby inconnuMaxime Rouquié
6 328 points 81% avis positifs
le 28.12.2012 à 17h33

Merci @Wallis86

Club de Rugby inconnuWallis86
0 points 0% avis positifs
c'est quoi?le 28.12.2012 à 17h03

Vous ferez gaffe, plusieurs fois dans l'article y a marqué Rocokoco au lieu de Rokocoko

Pour bénéficier de toutes les fonctionnalités des commentaires, connectez-vous ou créez un compte avant de poster.




Vous avez perdu votre pseudo ?
En postant un commentaire, vous acceptez les conditions d'utilisation du site.