XV de France : quels retours chez les Bleus pour le 6 Nations 2019 ?

XV de France : quels retours chez les Bleus pour le 6 Nations 2019 ?
Yacouba Camara est un joueur à suivre, d'ici le 6 Nations 2019.
Le Tournoi des 6 Nations sera peut-être l'occasion pour certains joueurs de se relancer chez les Bleus.

"Les absents ont toujours tort." On connait l'adage, mais s'applique-t-il vraiment pour le XV de France ? Depuis la dernière Coupe du monde, Guy Novès comme Jacques Brunel ont toujours été confrontés à une avalanche de blessures parmi les potentiels internationaux. Si ces absences ont forcément pesé, empêchant les sélectionneurs de mettre de la continuité, force est de constater que les absents n'ont pas toujours eu tort... La balance des résultats continue d'être négative. Et après une tournée où les Bleus auront perdu deux fois, notamment face aux Fidji, on jurerait que les Bleus n'ont pas avancé d'un iota depuis un an et ce nul contre le Japon qui avait coûté sa place à Guy Novès, entre autre chose.

Sauf que désormais, le Mondial est dans dix mois. La marge de manoeuvre est réduite. Et dans les colonnes du Midol, Brunel a déjà confié qu'il n'y aurait pas d'éléctrochoc au sein du groupe, en écartant plusieurs joueurs. "Je ne peux pas oublier ce qui a été bien réalisé sur les deux matchs précédents. Je ne peux pas en trois secondes tout balayer." Changera-t-il d'avis d'ici le 10 janvier, date de l'annonce de son groupe pour le 6 Nations ? D'ici là, des blessés vont revenir à la compétition. C'est déjà le cas pour certains. "Il y a certain nombre d’éléments qu’on ne peut pas écarter," avoue Brunel, toujours dans le Midol. Petit tour d'horizon des joueurs qui pourraient revenir pour le 6 Nations. Ou arriver...

Les arrières / ailiers

Maxime Médard a sans doute été le meilleur Français contre les Springboks. Malgré la défaite. Il ne joue pas à ce poste en club, mais apporte des garanties quant à son expérience internationale. Et il a brillé en Coupe d'Europe, gage de son retour au plus haut niveau. Remplaçant contre les Pumas, titulaire contre les Fidji, Benjamin Fall a moins convaincu. Lui aussi ne joue qu'à l'aile en club.

Son match peut-il lui couter une place dans le groupe pour le 6 Nations ? Un ancien, de retour de blessure, postule : il s'agit de Brice Dulin. Le Racingman est un spécialiste du poste. Il a repris ce week-end, contre Grenoble. S'il se défait de la concurrence dans son club (Zebo, Dupichot) et qu'il revient à un bon niveau, il faudra le prendre en compte. Thomas Ramos a la cote auprès des supporters. Scott Spedding part de beaucoup plus loin, et Geoffrey Palis est blessé. 

Et les ailiers ? Teddy Thomas semble intouchable. Damian Penaud était forfait contre les Pumas... mais il a déjà repris avec son club, au lendemain de la rencontre face aux Fidji. C'est Yoann Huget qui l'a remplacé. La hiérarchie au poste d'ailier continue d'être floue. Si la convocation du récent naturalisé Alivereti Raka relève désormais de l'évidence, Brunel va-t-il relancer Rémy Grosso ? Il avait été l'un des meilleurs Tricolores l'an passé. Gabriel Lacroix n'a pas joué de la saison. Et Virimi Vakatawa ne joue plus à ce poste avec le Racing.

Les centres

Wesley Fofana et Rémi Lamerat vont revenir. Ils étaient de la liste de départ, mais ils ont dû renoncer. Le premier nommé a déjà repris avec son club. Si leurs retours ne fait aucun doute, débuteront-ils le Tournoi face au Pays de Galles ? La tentation est sans doute grande, qui plus est si la charnière clermontoise Lopez - Parra est choisie.

Mais Gaël Fickou - certes moins en vue contre les Fidji - est difficilement écartable. Mathieu Bastareaud est l'un des rares leaders de cette équipe. Brunel a l'embarras du choix, et il ne pourra pas faire jouer tout le monde. Geoffrey Doumayrou, qui a déçu, et Jonathan Danty, appelé mais non utilisé, pourraient faire les frais d'éventuels retours. Et attention à la surprise Virimi Vakatawa : s'il n'a pas le niveau international pour jouer à l'aile, le Fidjien d'origine est fantastique au poste de centre. Le staff du Racing l'a compris. Jean-Baptiste Elissalde a-t-il leur numéro ? Henry Chavancy part de beaucoup plus loin. 

Les ouvreurs

Enfin un poste épargné par les blessures. Et Camille Lopez - apparu fatigué contre les Fidji - est le titulaire en puissance, après ses soucis de l'an passé. Sauf nouvelle blessure, il jouera le Tournoi dans la peau d'un titulaire. Et Anthony Belleau devrait conserver son rôle de doublure. Il faut dire qu'à ce poste, les absents n'ont pas eu tort.

François Trinh-Duc, Jules Plisson et Lionel Beauxis ont tous été appelés par Brunel. Et si Matthieu Jalibert est OUT pour le reste de la saison, les jeunes Louis Carbonel et Romain Ntamack (centre avec Toulouse) étaient avec les Barbarians. Brunel piochera parmi ces cinq en cas de blessure. 

Les demis de mêlée

Morgan Parra le retour, épisode 56. Jacques Brunel a toujours compté sur le Clermontois depuis son arrivée à la tête des Bleus. Ce n'était pas le cas de son prédécesseur. Sauf que Parra est fragile. Forfait pour le 6 Nations, il a également dû renoncer à cette tournée de novembre. Il n'a donc disputé que trois rencontres sous l'ère Brunel, celles de la tournée en Nouvelle-Zélande. Et encore : le n°9 s'était blessé dès le début du troisième test.

En son absence l'an passé, Maxime Machenaud avait pris les commandes. Lui s'est sérieusement blessé au genou en fin de saison dernière, victime d'une rupture des ligaments croisés. Revenir avec une telle concurrence sera compliqué pour le Racingman. Et impossible pour le talentueux Baptiste Couilloud (LOU), lui aussi touché par la même blessure il y a quelques semaines...

Et les joueurs présents cet automne ? On réclamait Antoine Dupont, mais Baptiste Serin lui a été préféré. Le futur Toulonnais a assuré lors des deux premiers tests, notamment face aux perches. Ce fut beaucoup moins abouti contre les Fidji, derrière un pack en souffrance. Si Parra devait revenir, Sébastien Bézy devrait en faire les frais : initialement appelé avec les Barbarians, le Toulousain n'a pas joué du mois de novembre.

Les 3ème-lignes

En n°8, Louis Picamoles a enchaîné les trois rencontres. Derrière lui, Marco Tauleigne peut revenir : titulaire dans le tournoi, il a loupé la tournée de juin (commotion) puis celle de novembre (genou). Fabien Sanconnie, Jordan Joseph ou Loic Godener ne devraient pas être de l'aventure, sauf blessure. 

Et chez les 3ème-lignes aile ? Arthur Iturria est une belle surprise. Wenceslas Lauret reste un homme de base du système Brunel. Et il est difficile de juger Mathieu Babillot et Kelian Galletier, vu leur faible temps de jeu...

Pourtant, c'est à ce poste que des absents peuvent revenir en force. Commençons par Yacouba Camara. Le Montpelliérain va revenir d'ici février. Et il a été cité par Brunel. Kevin Gourdon, absent sur choix, pourrait revenir : la blessure de Rémi Bourdeau en club pourrait le faire revenir durablement dans le XV de départ rochelais. Enfin, parce qu'il a un profil offensif différent de celui des autres, Sekou Macalou postule. Meilleur plaqueur du Top 14, il est néamoins trop souvent pénalisé. Anthony Jelonch est actuellement touché à l'épaule. Son retour est à surveiller.

Les 2ème-lignes

Yoann Maestri et Sébastien Vahaamahina n'ont laissé que des miettes à la concurrence. Paul Gabrillagues et Félix Lambey sont sortis du banc. Le dernier nommé était là en l'absence de Bernard Le Roux, seul absent de marque. Le Racingman, intéressant à ce poste en Nouvelle-Zélande, pourrait lui aussi revenir pour le Tournoi. Paul Jedrasiak a fait son retour, et ne doit pas être oublié s'il revient bien avec son club.

Les piliers

Uini Atonio, titulaire cet été chez les Blacks, n'était pas là. C'est Cedate Gomes Sa qui en a profité pour être titulaire, et Rabah Slimani pour revenir dans le groupe. Lequel des deux sera écarté, si le Rochelais fait son retour ? Demba Bamba pourrait lui aussi en faire les frais. Présent sur la liste de la FFR, Malik Hamadache est moins performant cette saison. Le Palois part de plus loin. 

Du côté des gauchers, Eddy Ben Arous enchaîne les galères depuis le dernier Mondial. Il est actuellement touché au mollet. Et le duo Jefferson Poirot / Dany Priso n'est pas forcément inquiété. Cyril Baille se tient quand même prêt. Le Toulousain est bientôt de retour.

Les talonneurs

C'est avec celui d'ouvreur, le poste épargné par les blessures. Guilhem Guirado, auteur de quatres essais cet automne, est le patron. Derrière lui, Camille Chat et Julien Marchand se disputent une place sur le banc. Pierre Bourgarit, forfait avec les Baabaas contre les Tonga, est une sérieuse option en cas de forfait de l'un d'entre eux. Adrien Pelissié était du Tournoi l'an passé.