XV de France. Les confidences de Rémi Lamerat sur la fameuse nuit d'Édimbourg

XV de France. Les confidences de Rémi Lamerat sur la fameuse nuit d'Édimbourg
Rémi Lamerat se souvient encore de la nuit d'Édimbourg.
Le trois-quarts centre du XV de France Rémi Lamerat est revenu pour L'Équipe sur la nuit agitée qui s'est déroulée en Écosse en février 2018.

Sorti sur commotion lors du match contre Castres en octobre, Rémi Lamerat n'avait repris la compétition qu'à Noël, pour les désormais traditionnels Boxing Days, face au Stade Toulousain. Désormais de retour sur les terrains, le trois-quart centre clermontois a accordé un entretien à L'Équipe dans lequel il revient, entre autres, sur la fameuse nuit d'Édimbourg, qui avait fait tant parler en février dernier. Ce soir-là, lui et sept autres joueurs avaient décidé de sortir après le match contre l'Écosse, perdu 32 à 26. Mais le lendemain, Rémi Lamerat et cinq des « fêtards » furent interpellés à l'aéroport par la police écossaise. Ils ont tous été entendus comme témoins d'une agression sexuelle. L'incident avait alors été clos, mais l'ensemble des fautifs avait été écarté du groupe pour la suite de la compétition. Une sanction acceptée sans contestation pour le joueur auvergnat.

XV de France. Joueurs impliqués, audition comme témoins, blessures étranges : ce qu'on sait sur les événements d’Édimbourg

« On a un devoir de représentation »

Si la mise à l'écart de ces joueurs par Jacques Brunel et son staff fut jugée sévère par certains, elle a été considérée comme parfaitement logique pour Rémi Lamerat : « J'ai compris cette mise à l'écart parce qu'on a un devoir de représentation, une image de l'équipe de France à respecter. C'est plus ce qui s'est dit autour de moi que j'ai eu du mal à accepter, parce que c'est quelque chose que je ne pouvais pas maîtriser. Dans ces cas-là, tu te fais tout petit et tu donnes tout sur le terrain pour te rassurer. En fait, je me suis servi de cette histoire comme motivation supplémentaire pour être bon avec Clermont. J'ai pris ça comme un coup de "boost" ». En ce qui concerne la décision ayant été prise par les joueurs, à savoir être sortis ce soir-là, si l'international français (19 sélections) reconnaît être plutôt fêtard et avoir eu envie de décompresser, il regrette néanmoins son action : « Évidemment, cette histoire te fait réfléchir. Tu te dis qu'en équipe de France, tu as plutôt intérêt à attendre la fin du Tournoi ou d'une tournée avant de partir en virée ».

Les bannis rapatriés

La sanction de Jacques Brunel ne fut finalement que temporaire, puisque l'ensemble des joueurs, excepté Yacouba Camara et Geoffrey Palis, blessés, ont retrouvé la sélection quelques mois plus tard, lors de la tournée d'été pour la majorité. Arthur Iturria, qui avait également témoigné peu de temps après l'événement, a notamment réalisé une tournée de novembre très satisfaisante.

XV de France : Arthur Iturria donne sa version des faits : ''je me suis ouvert le visage en heurtant la table de nuit''Dans la liste du XV de France pour cette tournée dans un premier temps, Rémi Lamerat avait dû finalement déclarer forfait suite à sa commotion. Malgré tout, le trois-quarts centre réalise une saison plus que convaincante avec l'ASM et pourrait très probablement être appelé de nouveau par Jacques Brunel pour le Tournoi des 6 Nations.