XV de France : épinglé par les arbitres en mêlée, quelles solutions pour Rabah Slimani ?

XV de France : épinglé par les arbitres en mêlée, quelles solutions pour Rabah Slimani ?
XV de France : le cas Rabah Slimani interpelle.

Suite de notre entretien avec Alexandre Castola, qui revient sur les problèmes rencontrés par Rabah Slimani sur la scène internationale.

DÉBAT. Quelle évolution et quel avenir pour la mêlée dans le rugby moderne ?


Le cas Rabah Slimani interpelle. Pénalisé à chaque match, il symbolise malgré lui les soucis de la mêlée tricolore.

C’est un cas alarmant, et c’est dommage, car Slimani reste un très bon joueur. Outre le joueur, ça reste un être humain, et ça fait râler de voir qu’il souffre avec ces décisions arbitrales. On voit qu’il veut bien faire, ça m’attriste car il est en difficulté, il ne trouve pas de réponses. A Clermont, ça travaille très bien la mêlée avec Didier Bès ! Mais il devrait peut-être travailler plus sur de l’individuel, répéter les choses. Que ce soit Slimani ou un autre joueur, tu peux lui dire quelque chose et le mec peut l’intégrer en quelques jours de stage avec l’équipe de France car il est très bon, mais c’est très très rare, c’est un surdoué ! Ou alors, il faut vraiment le faire travailler tranquillement, sereinement, sans mecs en face de lui qui vont lui mettre une pression dingue pour montrer aux entraîneurs qu’ils sont meilleurs que lui…

Il faut qu’il arrive à s’entraîner dans des conditions très saines pour travailler sur la technique et ensuite l’automatiser et la ressortir en match. Il n’y a aucune raison que ça ne marche pas. Maintenant, c’est vrai que certaines techniques qu’il emploie sont décriées par les autres nations.

Justement, c’est quoi le problème avec la technique de Rabah Slimani ?

C’est au niveau de sa liaison avec le pilier gauche. Quand il entre très bien en mêlée, et qu’il est bien placé, il n’y a aucun souci. Mais quand le pilier adverse vient un peu trop le chercher, et que Rabah est mal rentré, il envoie l’adversaire au sol. Après, je ne suis pas dans sa tête : c’est difficile d’émettre un jugement sur lui, puisque nous n’avons jamais échangé. Tout le monde dit qu’il triche, mais moi ce que j’aimerais savoir, c’est ce qu’il en pense ! Comment il sent la chose ? Pourquoi il fait ça ? Quel est son ressenti ? On oublie vite qu’il a dû prendre la succession de Nicolas Mas et les responsabilités qui en découlent. Arrêtons d’être contre lui, et aidons-le, soutenons-le.

En conférence de presse, Jacques Brunel est revenu sur le cas Rabah Slimani cette semaine : "Il y a eu un debriefing avec le patron des arbitres. Je dois appeler Alain Rolland. Ils ne sont pas d'accord avec les fautes attribuées à Rabah Slimani. L'arbitre a un peu trop mis le focus sur lui lors de ce match. Il n'a pas tenu compte du positionnement illicites des Anglais, qui bougeaient leurs appuis et nous ont perturbé ainsi que les pressions qu'ils ont effectuées avant l'entrée et qui ont été signalées par notre capitaine."

Slimani est très critiqué, on se demande pourquoi les sélectionneurs continuent de l’aligner. Mais qui mettre à la place ? Le réservoir français de droitiers est très faible. Cedate Gomes Sa sera titulaire face aux Gallois, mais il n’est que très rarement titulaire avec le Racing 92 (quatre fois cette saison, ndlr).

On voit que dans la catégorie u20, il y a eu du très bon travail de fait, il y a des piliers qui arrivent à émerger, c’est une très bonne nouvelle pour le rugby français. Mais c’est vrai que le réservoir est faible : sans vouloir tirer sur les étrangers, on s’aperçoit qu’ils sont très nombreux à ce poste en France. Il est plus facile d’aller chercher à l’étranger un joueur solide et déjà formé, que de prendre du temps pour nos jeunes. Mais il y a un réservoir français : il faut juste s’en occuper. En Fédérale 1, en poule Elite, il y a de très bons piliers. Mais on les met de côté parce qu’il leur manque ci, il leur manque ça… Et on ne prend pas assez de temps pour les faire bosser. Prenons le temps !

Un mot sur Uini Atonio, installé depuis l’ère Saint-André, sans arrêt appelé depuis 2014. Sa dernière sélection remonte à cet été en Afrique du Sud.

C’est un profil très intéressant : il est très mobile, il resserre les défenses… En mêlée, en équipe de France, c’est moins ça, mais on revient toujours à la même chose : la formation. Je ne pense pas qu’il travaille aussi bien sa mêlée qu’en Nouvelle-Zélande, avec un Mike Cron qui est spécifique sur le poste. Mais encore une fois, je ne tire pas sur l’ambulance : les entraîneurs sont confrontés à un manque de temps.

Est-ce qu’il ne faudrait pas élargir le staff technique dans ce cas ?

La mêlée, on la travaille une à deux fois par semaine. Tu imagines employer à plein temps un mec qui s’occupe de la mêlée, à raison de deux séances par semaine ? Les clubs de Top 14, Pro D2 ou Fédérale 1 n’ont pas forcément les moyens… D’où l’idée d’intervenants extérieurs, qui coûteraient moins cher aux clubs. En ce moment, on voit beaucoup d’anciens joueurs gardés dans les staffs - comme David Attoub au LOU - pour entraîner la mêlée. Mais il faut aussi pouvoir en vivre, il faut que les clubs puissent leur offrir quelque chose.


Si t'as pas lu ces articles, tu joues pas dimanche !
Pro D2 - Quelles sont les raisons de la colère du Stade Aurillacois ?
News Pro D2 - Quelles sont les raisons de la colère du Stade Aurillacois ? 22 septembre 2018 à 15:30
Top 14 - Qui a le plus à perdre lors de cette 5e journée ?
News Top 14 - Qui a le plus à perdre lors de cette 5e journée ? 22 septembre 2018 à 13:30

Abonnez vous !

Et soutenez-nous

Pour le prix d'une pinte !

Un Teeshirt le Rugbynistère offert pour chaque abonné !
  • Pas de pub
  • Mode Lecture Confort
  • Bon d'achat Rugby 20€
  • Satisfait ou remboursé 90 jours
COMPOSITION - Le RCT a-t-il déjà gagné avec François Trinh-Duc titulaire au centre ?
News COMPOSITION - Le RCT a-t-il déjà gagné avec François Trinh-Duc titulaire au centre ? 22 septembre 2018 à 12:30
Ecrit par vous !
[INTERVIEW] Comment le Toulousain Clément Castets est revenu plus fort après sa tumeur
par BaptistePiquel
[INTERVIEW] Comment le Toulousain Clément Castets est revenu plus fort après sa tumeur 22 septembre 2018 à 10:30

Charger les commentaires