Top 14 – À la mi-saison, quel bilan pour les joueurs à suivre ?

Top 14 – À la mi-saison, quel bilan pour les joueurs à suivre ?
Lester Etien, ailier du Stade Français. Crédit photo : Stéphane Hamel - Objectif Rugby.com.
Comment se sont comportés, pendant la phase aller, les joueurs à suivre qui évoluent en Top 14 ? Tour d'horizon.

Top 14 - Zoom sur 10 jeunes joueurs à suivre de près en 2018-2019

Yoan Tanga Mangene, troisième-ligne - SU Agen - 21 ans (1996)

12 matchs de Top 14, 10 titularisations - 2 matchs de Challenge, 1 titularisation*

Yoan Tanga n'aura manqué qu'un seul match de Top 14 sur la phase aller, preuve de son importance dans le système lot-et-garonnais. Titularisé à neuf reprises au centre de la troisième-ligne (et une fois comme flanker), son activité est primordiale dans le jeu courant. Il découvre le poste de numéro huit au haut niveau et s'est adapté rapidement avec deux essais marqués et des performances haut de gamme face à Montpellier (18 plaquages, meilleur total de la rencontre), Castres (15 plaquages) et La Rochelle (33 mètres parcourus ballon en main, deuxième performance de la rencontre derrière Victor Vito). Annoncé au Stade Français, le natif de Bondy a l'occasion de sortir par la grande porte en laissant le SUA en Top 14 avec ses coéquipiers.

Dylan Cretin, troisième-ligne - Lyon - 21 ans (1997)

8 matchs de Top 14, 5 titularisations - 2 matchs de Champions Cup, 1 titularisation

Sa disjonction de l'acromio-claviculaire à l'épaule droite l'a écarté des terrains près d'un mois (contractée contre Clermont en novembre) mais quand il a été aligné par Pierre Mignoni et son staff, Dylan Cretin a répondu présent. Capitaine en Champions Cup face aux Sarries, il monte en puissance. En Top 14, le troisième-ligne compte huit apparitions entre août et décembre, participant notamment au succès sur Montpellier début septembre (55-13) et à Perpignan. Sa capacité à faire jouer après-contact (un off-load contre l'USAP, un contre La Rochelle, deux devant le MHR) et à répéter les tâches défensives et offensives en font un atout clé en troisième-ligne et il s'impose désormais comme la tête d'affiche de la nouvelle vague lyonnaise (Hamza Kaabeche, Kévin Yameogo, Baptiste Couilloud, Pierre-Louis Barassi notamment). La phase retour doit désormais lui permettre d'être plus régulier.

Pierre Fouyssac, centre - Stade toulousain - 23 ans (1995)

3 matchs de Top 14, 3 titularisations

Le centre arrivé d'Agen à l'intersaison a débuté en fanfare sous les couleurs du Stade toulousain. Trois titularisations en quatre journées et de solides prestations. Lors des confrontations face à Grenoble et le Racing, c'est le trois-quarts, toutes équipes confondues, qui a le plus plaqué (avec Ntamack contre le FCG). Offensivement, il semble représenter un danger permanent. Mais Fouyssac a été stoppé dans son élan, victime d'une rupture du ligament postérieur du genou gauche, il sera absent des terrains juqu'à la fin de la saison. Au vu des prestations du Stade toulousain depuis plusieurs semaines, ses qualités d'attaquant auraient sûrement fait des ravages. Il a troqué son habit de lumière contre celui de premier suppporter pour quelques mois encore. Mais l'ascension n'est certainement pas terminée.

Matt Beukeboom, deuxième-ligne - Pau - 21 ans (1997)

0 match de Top 14 - 0 match de Challenge

Finaliste du championnat Espoirs l'an passé avec la Section, l'international Matt Beukebook, n'a pas encore eu l'occasion de jouer avec les professionnels. Ni en Top 14, ni en Challenge. Le deuxième-ligne a notamment été blessé au cours de la phase aller.

Sadek Deghmache, demi de mêlée - USAP - 23 ans (1995)

8 matchs de Top 14, 2 titularisations - 3 matchs de Challenge, 2 titularisations

Troisième dans la hiérarchie des demis de mêlée derrière le capitaine Tom Écochard et l'expérimenté David Mélé, Sadek Deghmache joue crânement sa chance dès qu'il en a l'occasion (le deuxième cité a notamment été absent en début de saison). Fréquemment utilisé en deuxième période pour mettre de la vitesse et jouer de son dynamisme, il découvre le Top 14 et doit se mettre au diapason dans une équipe en difficulté. Il représente la relève de l'USAP et doit continuer à engranger du temps de jeu pour monter dans la hiérarchie. C'est à la portée du Franco-algérien.

Olivier Klemenczak, centre - Racing 92 - 22 ans (1996)

9 matchs de Top 14, 4 titularisations - 4 matchs de Champions Cup, 3 titularisations

Il a été lancé en Top 14 à Toulouse puis à Toulon et peu à peu, Olivier Klemenczak, débarqué de la Pro D2, a grapillé du temps de jeu aux côtés d'Henry Chavancy et Virimi Vakatawa, avec lesquels il a été tour à tour associé. Son profil de joueur tourné vers l'offensive et les espaces libres sied parfaitement au projet de jeu Ciel et Blanc. Le symbole de son adaptation réussie est sûrement l'essai qu'il a marqué contre Grenoble lors de la dixième journée, l'essai de la victoire devant son nouveau public. Le trois-quarts centre a aussi scoré face à l'USAP et fait ses grands débuts en Coupe d'Europe (notamment élu homme du match contre l'Ulster). Il est passé de Maurice-Boyau à la U Arena, a découvert Mayol, le Welford Road Stadium des Tigers et Ernest-Wallon. Et ça semble lui aller comme un gant. Olivier Klemenczak doit rester sur sa lancée dans une deuxième partie de saison qui pourrait lui permettre de glaner ses premiers trophées chez les professionnels.

Top 14 - L'ascension d'Olivier Klemenczak au Racing 92

Kilian Geraci, deuxième-ligne - Grenoble - 19 ans (1999)

10 matchs de Top 14, 4 titularisations - 2 matchs de Challenge, 2 titularisations

Dire que Kilian Geraci pourrait être la relève du rugby français en deuxième-ligne est risqué ? À 19 ans, il a pour l'instant franchi chaque palier qui s'est présenté à lui. En PRO D2 et avec les Bleuets (en tant que surclassé). Ses premières sorties en Top 14 n'ont pas dérogé à la règle. Il a alterné entre les feuilles sur le banc et dans l'équipe de départ et était des succès contre Perpignan, Bordeaux et Montpellier. C'est lors du court revers face au Stade français qu'il a certainement rendu sa meilleure performance avec dix-sept plaquages, soit le même total que Paul Gabrillagues... international tricolore (huit plaquages contre Clermont, dix devant Toulouse pour Geraci). Comme Yoan Tanga à Agen, il va tenter de maintenir son club en Top 14 avant de quitter l'Isère. Le deuxième-ligne a en effet signé pour Lyon où il va rejoindre l'armada de champions du Monde U20 (Bamba, Barassi, Seguret et Laporte).

Hamza Kaabeche, pilier - Lyon - 21 ans (1996)

6 matchs de Top 14, 2 titularisations - 3 matchs de Champions Cup, 3 titularisations

Le souhait du LOU de garder Hamza Kaabeche (et de ne pas le prêter) s'est justifié par une phase aller au cours de laquelle le pilier gauche s'est intégré avec succès au groupe professionel. Deux titularisations en Top 14 et quatre entrées en jeu ont montré les qualités d'un pilier mobile et bon défenseur qui a également rivalisé en Champions Cup. À lui de rester sur cette lancée car après avoir découvert la première division il y a deux ans, Kaabeche a l'occasion de s'installer sur la durée.

Lester Etien, ailier - Stade français - 23 ans (1995)

4 matchs de Top 14, 4 titularisations - 4 matchs de Challenge Cup, 3 titularisations

Titulaire très régulier en PRO D2 avec Massy l'an passé, Lester Etien a d'abord évolué avec les Espoirs du Stade français après avoir pris part à la préparation estivale avec le groupe pro. L'ailier a pris son mal en patience et découvert le Top 14 en novembre, sur la pelouse de Gerland, contre le LOU. Si les Stadistes se sont lourdement inclinés (41-6), Etien s'est distingué et a semé le trouble dans la défense adverse avec 66 mètres parcourus avec le ballon. Il a ensuite enchaîné en étant lancé d'entrée contre La Rochelle, à Agen et contre Grenoble. C'est d'ailleurs devant le FCG qu'il a ouvert son compteur en Top 14 en cassant deux plaquages avant d'aplatir alors qu'en Challenge, il avait réalisé un superbe numéro (duel aérien gagné, franchissement) pour amener l'essai de Jimmy Yobo. Prometteur.

Atila Septar, centre - Pau - 21 ans (1996)

1 matchs de Top 14 - 2 matchs de Challenge Cup, 1 titularisations

Ce n'est pas avec cinq minutes jouées en Top 14 dans une fin de rencontre fermée contre l'USAP qu'Atila Septar a eu l'occasion de s'exprimer. Le trois-quarts centre s'est entraîné avec les pros et a joué en Espoirs (un match) pour le moment. Mannix et son staff l'ont toutefois lancé à deux reprises en Challenge, à l'extérieur, chez les Ospreys et à Worcester.

*Selon ItsRugby