Témoignage d'une globe-trotteuse passionnée de ballon ovale

Ecrit par vous !
Témoignage d'une globe-trotteuse passionnée de ballon ovale
Tiphanie avec Marine Ménager lors du tournoi de Paris.
Nous avons rencontré Tiphanie, puéricultrice à l’Hôpital Necker de Paris, est une véritable passionnée de ballon ovale. Témoignage d'une globe-trotteuse...

Tu étais il y a peu en Afrique du Sud pour assister à l’étape Cape Town du HSBC 7’s. Comment situes-tu ce tournoi par rapport aux autres ?

Après avoir fait plusieurs années le tournoi de Paris j’avais envie d’en faire un autre. J’ai choisi celui du Cap car il était sur ma bucket list… et aussi pour me faire un beau cadeau d’anniversaire ! C’est un pays de rugby où j’attendais une vraie ambiance et une ferveur autour de cet événement important au vu du classement actuel des Blitzboks. Je n’ai pas été déçue, et ai de plus eu l’occasion de visiter un pays magnifique.

Parle-nous de ce tournoi : comment se porte l’âme sud-africaine du rugby sur place ?

Au tournoi du Cap, on ressent vraiment l’engouement du peuple pour ce sport, cet événement en témoigne à juste titre. Le tournoi a lieu au stade qui a été rénové pour la Coupe du monde de foot en 2010, et qui du coup ne sert que très peu pour le rugby, pour l’instant. C’est un stade vraiment beau qui dégage une énergie incroyable ! A Paris, l’ambiance est bonne mais on sent quand même que ce n’est pas (encore ?) un sport très populaire. On ne peut pas dire que les tribunes soient pleines à craquer. Alors qu’au Cap, il y a vraiment foule, surtout pour les matches des Boks, les gens deviennent fous et portent haut et fort les couleurs de leur pays. Mais l’ambiance du Seven reste quand même exceptionnelle peu importe l’étape.

Tu choisis donc tes destinations vacancières en fonction du calendrier international ?

Je suis allée en Irlande il y a deux ans pour la Coupe du monde féminine, j’ai fait le dernier match de poule à Dublin puis les phases finales à Belfast. J’avais déjà vu celle en France avec mon équipe de rugby et ma sœur. Il m’arrive de me déplacer aussi en France pour les matches du Stade Toulousain (Toulouse, Paris, Castres) et pour les filles l’année dernière à Toulouse. En ce qui concerne les potentielles prochaines destinations, je compte me rendre à Montpellier pour un match du 6 Nations féminin et les étapes masculine et féminine du Seven en France. Pour l’étranger ça sera 2021 : Coupe du monde féminine en Nouvelle-Zélande et peut être une autre étape du Seven entre temps, pourquoi pas Hong-Kong.

Quelles autres catégories ou championnats retiennent ton attention ?

Je suis le Top 14 et le Stade Toulousain, un peu la Pro D2, de loin l’équipe locale de la ville ou j’ai joué et les équipes où j’ai des ami(e)s qui jouent (hommes ou femmes). Et bien sûr les équipes nationales féminines et masculines à 7 et à 15.

Quel est ton regard sur l’engouement progressif vis-à-vis du rugby féminin en tant que (ancienne) joueuse et spectatrice ?

Je suis très contente que le rugby féminin se médiatise un peu car les filles font de très bons résultats dernièrement et elles méritent vraiment d’être mises en avant. Jessy Trémoulière a reçu cette année le prix de la joueuse de l’année aux World Rugby Awards et sur 5 nommées 4 étaient françaises ce qui montre le niveau actuel des françaises. Elles sont aujourd’hui 3ème nation à 15 et vice-championne du monde à 7.World Rugby Awards : Jessy Trémoulière élue meilleure joueuse du monde en 2018

Que penses-tu du niveau actuel du rugby féminin et masculin français ?

Il suffit de regarder les résultats de chaque catégorie ! Aujourd’hui je prends plus de plaisir à regarder un match international de rugby féminin que masculin. Pour moi l’équipe de France masculine n’a pas d’âme et le groupe ne vit pas bien ce qui se ressent dans les résultats. C’est la différence entre l’équipe masculine et féminine. J’ai un peu peur pour la prochaine Coupe du monde au Japon par contre pour 2023 en France j’espère que l’équipe des moins de 20 ans championne du monde en juin cette année se donnera les moyens de nous faire rêver à la maison.

Manfred Levesque
Manfred Levesque
Cet article est rédigé par Manfred Levesque, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !