Pourquoi les Îles du Pacifique n'auront pas d'équipe en Super Rugby ?

Pourquoi les Îles du Pacifique n'auront pas d'équipe en Super Rugby ?
Les Îles du Pacifique n'auront pas d'équipe commune en Super Rugby.
La Sanzaar, organisme en charge du Super Rugby, a refusé la candidature d'une équipe composée de joueurs évoluant dans les Îles du Pacifique.

Après les Jaguares et les Sunwolves, il fallait bien que les Fidjiens, Tongiens et Samoans, pointent le bout de leur nez. Malheureusement, la proposition de créer une équipe commune, qui a émané de ces Îles du Pacifique le 30 juin dernier, a été rejetée par la Sanzaar, l'organisme responsable du Super Rugby. L'instance pointe notamment du doigt les raisons économiques.

Pas de coup de pouce commercial


C'est l'élément principal avancé par la Sanzaar a expliqué le président de la FRU (Fidji Rugby Union) John O'Connor dans un communiqué, selon l'Équipe. Il aurait expliqué également, selon Rugbypass, que la Sanzaar avait été très impressionnée par le professionnalisme et la structure de l'offre. Mais cette dernière aura finalement reconnu celle-ci comme étant infructueuse. Le motif ? La création de cette « équipe du Pacifique » n'apporterait en aucun des cas des satisfactions pour ce qui est de l'ordre des retransmissions TV et radio.

PACIFIC ISLANDERS : que donnerait une équipe composée des meilleurs joueurs des Fidji, Samoa et Tonga ?De plus, si cette franchise venait à voir le jour, elle coûterait environ 12 millions de dollars par an selon l'Association des joueurs du Pacifique. Les Fidji avaient notamment été chercher un soutien financier auprès de Richard Fale, membre de la Chambre des représentants d'Hawaï. Ce dernier proposait d'établir une équipe sur son île, ce qui aurait permis d'obtenir des fonds américains, mais sans succès.

Lutter contre l'exil des joueurs îliens


Top 14, Premiership, Super Rugby, ils sont chaque année des dizaines et des dizaines à rejoindre les plus prestigieux championnats du monde. Issus des Fidji, des Tonga ou des Samoa, les meilleurs joueurs du Pacifique sont obligés de quitter leur terre natale pour jouer au rugby à haut niveau. Avec cette équipe, une partie du problème était résolu, puisque ces joueurs auraient la possibilité d'évoluer en Super Rugby. Mais par ailleurs, Aayden Clarke, président de l'Association des Joueurs du Pacifique, avait tiré la sonnette d'alarme sur Radio New Zealand. L'ancien joueur néo-zélandais pointait le risque de perdre le rugby communautaire et le rugby de club, en concentrant toutes les forces dans la création de cette franchise. Quoiqu'il en soit, la Sanzaar, qui réfléchit aujourd'hui à une nouvelle organisation du rugby pour la période 2021-2030, n'a pas souhaité rajouter d'équipe supplémentaire en Super Rugby. Elle pourrait même en retirer une nouvelle ! Pour rappel, les Cheetahs, les Kings et la Western Force avaient été exclus du Super Rugby en 2017, la formule à 18 équipes ne convenant pas. Cette fois-ci, ce seraient les Sunwolves qui pourraient bien faire les frais du nouveau système. Mais, pour l'instant, la Sanzaar n'a pas souhaité communiquer plus d'informations...

Super Rugby : les Sunwolves à la porte, retour à 14 équipes ?