Rugby Europe Championship - Un voyage périlleux en Géorgie pour les Lions ibériques

Rugby Europe Championship - Un voyage périlleux en Géorgie pour les Lions ibériques
L'Espagne aura fort à faire face aux avants géorgiens. Crédit photo : Etienne Gagnon
L'Espagne affronte la Géorgie dimanche dans la cadre de la deuxième journée du Rugby Europe Championship. Les Ibériques ne sont pas favoris.

Dimanche dernier se tenait le match d’ouverture du Rugby Europe Championship, Tournoi des 6 Nations B que l’on désigne aussi sous l’appellation European Rugby Championship ou plus communément EuroRugChamp. Enfin toujours est-il, que même si personne ne sait vraiment comment nommer cette compétition, son édition 2019 démarrait par deux chocs entre les quatre nations les plus susceptibles de participer à la lutte pour la victoire finale.Feinte de passe, cad-deb et raffut, le Bordelais Beka Gorgadze régale contre la RoumanieNotamment les deux favoris, qui s’affrontaient à Cluj. Au terme d’un match maîtrisé de bout en bout, la Géorgie s’emparait des quatre points au détriment d’une Roumanie trop timorée qui s’en remettait essentiellement à la botte de son buteur maison Florin Vlaicu. Quand aux Leones, ils accueillaient l’équipe russe menée par le surpuissant centre Ostroushko et la légende Kushnarev, meilleur réalisateur de son pays et aussi le premier à inscrire des points en Coupe du Monde. Une rencontre tendue de par le scénario et l’évolution du score, 16-14 au coup de sifflet final après avoir été mené 7-14 aux citrons.

Rugby Europe Championship - L'Agenais Lucas Rubio sauve sa patrie face à la Russie [VIDÉO]Avec quatre points chacun au compteur, le déplacement sur les terres de la grosse cylindrée du tournoi est déjà un crash test pour la sélection ibérique. Ayant largement dominé la conquête aérienne lors de leur entrée en lice, la logique voudrait qu’ils essaient de reproduire le même schéma dimanche. Joshua Peters et Luca Guillaume, les deux principaux pourvoyeurs de ballons en touche, auront encore fort à faire. Les Lelos sont connus pour manœuvrer particulièrement bien les camions adverses. De plus, il faudra éviter de se retrouver sur le toit à chaque mêlée comme ce fut le cas lors de la première mi-temps du dernier match. Le jeune pilier du Racing Gogichashvili a prouvé à son vis-à-vis Andreï Ursache, de quatorze ans son aîné, que la valeur d’un tracteur n’attend pas les années. Plusieurs pénalités obtenues, dont certaines sur introduction adverse, nous rappelle que la traction avant géorgienne, très répandue dans notre championnat, est fortement côté à l’Argus.

Décidemment, la jeune génération est en train de prendre le pouvoir dans cette sélection géorgienne avec l’installation d’un ouvreur de 19 ans pour conduire le jeu des arrières. Abzhandadze va par ailleurs rejoindre son partenaire de charnière en sélection, Lobzhanidze, à Brive au terme du tournoi. Avant cela, il aura en face de lui un attelage de qualité avec la polyvalence de Richard Stewart, centre au profil créateur de dix et demi, et le néo-Dijonnais Andrea Rabago. Tous deux ayant été les locomotives de la ligne arrière espagnole, aussi bien en défense qu’en attaque en déchargeant leur ouvreur Andrew Norton, respectivement du premier plaquage et du but. 

L’équipe de Santiago Santos prépare son premier raid à l’extérieur de sa base avec quelques certitudes acquises dans la douleur au Stade national Complutense. Cependant les locaux auront à cœur de démarrer en trombe devant leur public, en imposant certainement un rythme élevé dès l’entame des premiers tours de piste. Favorie des bookmakers pour la victoire finale, la colonne géorgienne devrait, si l’on suit la logique, s’imposer dimanche après-midi face à une équipe d’Espagne en quête de repères après la désillusion des qualifications pour la Coupe du Monde.Sanctions confirmées en appel contre la Roumanie et l’Espagne