Qui est Régis Bardera, arbitre de Jeep Elite et préparateur mental ?

Qui est Régis Bardera, arbitre de Jeep Elite et préparateur mental ?
Qui est Régis Barbera, arbitre de Jeep Elite et préparateur mental ?
Présentation de Régis Bardera, arbitre en 1ère division de basket et préparateur mental qui revient sur la question de la préparation mentale dans le rugby... et chez les Bleus.

Salut Régis ! Pour la première partie de notre entretien, peux-tu prendre le temps de te présenter ?

J’ai 45 ans, originaire d’Alès dans le Gard. Abandonné par mon père à l’âge de 5 ans, ma maman m’a donné une belle leçon de courage, qui me guide tout au long de ma vie. Et clairement, je me suis rendu compte que la vie ne serait pas toujours facile, et que rien ne s’obtient facilement. J’ai eu beaucoup de chance, car ma maman m’a toujours transmis des valeurs de sincérité : respecter les gens, être au service des autres, et surtout, ne jamais oublier ceux qui ont été là. Très tôt, j’ai été attiré par le sport. J’ai touché à tout, jusqu’au jour où j’ai découvert le basket vers l’âge de 10 ans. Et là, suite à un accident de voiture, je me souviens que ma maman demande à mon entraîneur de l’époque de me ménager, c’est comme cela que j’ai pris le sifflet pour arbitrer la fin de l’entrainement.

C'est une révélation pour toi ?

Prendre des décisions, diriger, être courageux, communication, je me suis senti à l’aise. Très vite, j’ai commencé à arbitrer tous les samedis les jeunes, puis j’ai commencé à 16 ans à me former et gravir les échelons. Je travaillais chaque jour, 2, 3, 4, 5h, non stop. Je lisais, je regardais les matchs, je m’entraînais, je questionnais, j’allais en permanence à la pèche aux infos… Jusqu’au jour où j’accède en 2001 en PRO A, puis international en 2004. J’ai arbitré 15 ans au niveau international, et je continue à officier en Jeep Elite (Pro A), avec beaucoup de plaisir et sur du 3x3 au niveau international.

Tout au long de ma carrière, je n’ai cessé de vouloir progresser, chaque jour, chaque match. Chaque soir, je me couche en me posant la question « qu’est ce que j’ai appris de nouveau aujourd’hui ? » Arbitrer au plus haut niveau, c’est avant tout gérer des personnalités. De ce fait, l’humain, la relation à l’autre, comprendre comment nous fonctionnons, me passionne. Lorsque je suis devenu arbitre international, j’avais le choix entre suivre mon égo ou bien me rapprocher de mes valeurs. J’ai fait mon choix. C’est à partir de là que j’ai commencé un travail personnel et surtout comprendre et répondre à la question : pourquoi suis-je devenu arbitre ?

Et tu commences à prendre des notes !

A partir de là, j’ai étudié ma méthode : écrire, analyser mes techniques, mes outils que j’ai pu utiliser pour partir du plus bas, d’une ville peu basket et arriver au plus haut niveau. Puis j’ai commencé à réfléchir à mon fonctionnement dans la gestion des joueurs, des coachs. Comment gérer au mieux mes erreurs tout en gardant mon autorité ? Justement pour l’autorité, mon arbitrage est spécifique : j’utilise l’humain avant d’utiliser la règle. J’ai mis du temps pour écrire et comprendre mon fonctionnement. Et c’est cela qui m’a mené à la préparation mentale. J’ai eu envie de m’enrichir, d’apprendre et je suis parti me former avec Denis Troch (joueur de foot puis entraîneur, Troch est par la suite devenu préparateur mental. De Clermont lors du dernier Brennus, notamment. ndlr). Ce fut une année exceptionnelle. Ce fut une transformation, une révélation que ce soit en tant qu’homme, en tant qu’arbitre. J’ai créé par la suite ma structure, j’ai ouvert des portes qui me paraissaient inaccessibles, j’ai reçu des propositions afin d’organiser des conférences, d’accompagner des groupes que ce soit dans le milieu de l’entreprise ou dans le sport.

Ce fut une année où j’ai appris à entendre l’autre, avec la possibilité de voir les choses différemment, j’ai compris, j’ai ressenti, j’ai eu le choix de penser, j’ai senti au fur et à mesure que j’étais solide, j’ai pu chercher et trouver mon domaine d’expertise, j’ai laissé l’intuition faire. J’ai pris conscience de quelque chose de nouveau, j’ai appris à me faire confiance, j’ai eu des visions émergentes, qui m’ont permises d’être en action, qui m’ont offert des opportunités, que je suis entrain de peaufiner chaque jour. J’ai appris à me rapprocher du mieux, du plus fin, de m’améliorer. J’ai pu découvrir mon domaine d’expertise que j’ignorais moi-même. La formation m’a poussé à AGIR. Au fur et à mesure des modules, je me suis créé un trousseau de clefs pour ouvrir des portes. Cette formation a révélé qui je suis. En prenant conscience de mon Unicité, j’ai reconnu mes valeurs. J‘ai chassé ce qui est inconfortable dans ma vie d’homme, d’arbitre et j’ai ouvert au fur et à mesure le champ des possibles.

Ça changé quoi dans ta manière d'arbitrer ?

Cette formation m’a permis de lâcher prise et frôler l’excellence, à mentaliser les actions afin d’être performant toute l’année, excellent de temps en temps. J’ai appris à être sûr de moi et avoir un regard bienveillant envers soi et les autres. Tout au long de ma carrière, j’ai arbitré au plus haut niveau, j’ai côtoyé pendant des années la génération de Tony Parker avec l’équipe de France masculine A, durant les préparations aux grandes compétitions. J’ai beaucoup observé, j’écoute beaucoup et me voilà aujourd’hui, en train de vivre un truc magique, celui de contribuer à rendre la vie des gens meilleure.

Depuis donc maintenant 4 ans, je travaille avec différents publics : sportifs de haut niveau, entraîneurs, arbitres et coaches, start-ups, managers. Toujours avec la même ambition : développer l’autorité dans le vivant. Comment concilier les personnalités ? Comment faire travailler les individus ensemble ? Comment prendre le meilleur de chacun et le mettre au service de tous ? En s’appuyant sur l’humain, grâce à ma capacité d’écoute et de communication, je mets mon expérience et mon parcours singulier au service des entreprises, pour les accompagner à développer des valeurs partagées par tous et à cultiver l’autorité vivante et bienveillante indispensable au succès des entreprises d’aujourd’hui.

Tu interviens auprès de certaines équipes ?

Depuis 2018, j’accompagne l’équipe de France de basket-ball féminine en tant que préparateur mental ainsi que l'équipe de handball masculine professionnelle de l'USAM à Nîmes, qui évolue en Lidl Starligue. A cela, je donne des conférences auprès de chefs d'entreprises et accompagne des entreprises françaises autour de la cohésion, la performance, la confiance en soi.

Chaque jour est une richesse, chaque jour je fais en sorte de positiver tout ce qui arrive. J'ai la chance d'être bien entouré : Denis Troch, Nicolas Raimbault,  Laurent Becsei, Pierrick Troadec, Landry Richard, Franck Maurice, Yann Balmossière, David Chambon, Nicolas Maestre, Jean-Marc Medda et ma compagne sont près de moi, pour me permettre de progresser encore et encore. Clairement, ce qui me guide, c'est avancer... apprendre... partager... aimer... écouter.. et faire de
son mieux !

Voilà pour les présentations ! Découvrez maintenant son analyse :

XV de France : le problème des Bleus serait-il mental ?