PREMIERSHIP : les Saracens ont-ils fraudé le salary cap ?

PREMIERSHIP : les Saracens ont-ils fraudé le salary cap ?
Les Saracens ont-ils triché ?
Le club londonien, champion d'Europe en 2016 et 2016, est accusé d'avoir fraudé le salary cap, après les révélations du Daily Mail.

En France, la question du Salary Cap pose question. Beaucoup dénoncent les possibles fraudes des clubs de Top 14, accusés de dépasser le plafond fixé par la LNR... sans pouvoir le prouver. En Angleterre, le principe de Salary Cap existe également, à la différence qu'une formation engagée en Premiership peut compter deux "marquee players" dans son effectif, soit des joueurs dont les salaires ne sont justement pas comptabilisés dans le Salary Cap.

Mais le débat sur le respect (ou non) de cette règle existe aussi outre-Manche. Et le Daily Mail vient de faire des révélations qui pourraient faire bouger les choses : les Saracens sont accusés de frauder le Salary Cap. Comment ? Tout commence en 2016. Selon le journal, Maro Itoje et Nigel Wray (le propriétaire des Sarries) deviennent alors associés à la tête d'une entreprise. Entreprise permettant au joueur de toucher de l'argent échappant ainsi aux règles du Salary Cap.

Le Daily Mail d'assurer qu'Owen Farrell, Mako Vunipola, Billy Vunipola et Richard Wigglesworth profiteraient du même montage financier pour contourner le Salary Cap. Une pratique qui serait largement répandue selon Ryan Walkinshaw. Ce dernier est l'ancien président du club de Gloucester, également engagé en Premiership. Sur Twitter, il a expliqué avoir voulu dénoncer ce fonctionnement pour amener les clubs concernés devant la justice. Sans succès, Walkinshaw ayant eu très peu de soutiens, et ces pratiques étant difficiles à prouver.

Les révélations du Daily Mail vont-elles pousser la Ligue anglaise à se pencher sur ce cas ?