Amateur. Insolite. Leur match annulé, des joueurs de Graulhet montent quand même à Strasbourg pour un week-end mémorable

Amateur. Insolite. Leur match annulé, des joueurs de Graulhet montent quand même à Strasbourg pour un week-end mémorable
Les cinq joueurs de Graulhet posent devant la maison des Tanneurs, un célèbre établissement strasbourgeois.
Fédérale 1
  • Matchs joués
  • Victoires
  • Classement
  • Points marqués
  • Points encaissés
Malgré l’annulation de Strasbourg-Graulhet (Fédérale 1) pour cause de terrain impraticable, quelques membres du SCG ont tout de même décidé de se rendre en Alsace.

À l’annonce du report du match entre les deux équipes, les dirigeants de Graulhet ont cherché tant bien que mal à échanger leurs billets d’avion. Seulement voilà, ces derniers n'étaient remboursés qu'à hauteur de 20 euros. Bien trop peu pour le président du club, sa femme, et cinq joueurs. Aussi, il n’ont pas hésité à emprunter la voie des airs pour découvrir la ville de Sireli Bobo le temps du week-end.

Arrivées samedi matin, Jérôme Montbroussous et ses partenaires n'ont pas perdu de temps et ont déniché les bons plans de la ville auprès de leurs connaissances dans l’équipe locale. Ambiance rugby oblige, les Graulhétois se sont rendus dans les célèbres "winstubs" (brasserie, ndlr) et ont participé à une dégustation de bière. Un moment chaleureux, qui ne les laissa pas insensibles : "on a sous-estimé la puissance des bières de l’Est", témoigne même l’un d’entre eux.

Après une visite de la ville, place aux spécialités locales : choucroutes, salade de cervelas, les Tarnais ne se sont privés de rien. Pas même le président qui abdiquera à un honorable horaire de 1h du matin. Bien décidés à poursuivre l’ivresse de cette aventure, les joueurs prolongeront la soirée en boite de nuit. Malgré notre force de persuasion, nous n’avons pas su ce qu’il s’y est passé.

Mais pour la petite histoire, deux d’entre eux, rentrés dans l’appartement commun sur les coups de 7 heures et sans clés, n’ont pas pu compter sur leurs co-équipiers, déjà plongés dans les bras de Morphée, pour leur ouvrir. La légende raconte qu’ils ont dû trouver une auberge à travers une froide nuit alsacienne où le mercure affichait les -10 degrés. Une auberge où selon nos informations, le paillasson n’existerait plus puisque une choucroute y aurait été laissée au sol.

Après un week-end riche en émotion, nul doute que les courageux Grauléthois furent content de retrouver les températures plus douces du Midi. Mais qu’ils ne se réjouissent pas trop vite puisque le match est reporté au 12 février prochain. Une nouvelle qui conforte Jérôme Montbroussous et les siens dans leur désir de restructurer l’organisation des poules. Car même s’il a apprécié son escapade strasbourgeoise, les déplacements trop éloignés nuisent selon lui à la santé des plus petits clubs en décourageant les joueurs des équipes réserves. Qui eux préfèrent évoluer un niveau en dessous pour ne pas faire 500 bornes tous les dimanches.

Pas au mieux en ce moment, Graulhet est dernier de sa poule. Et même si le club bénéficie d’une suite de calendrier favorable avec la réception des trois autres derniers, nul doute qu’un exploit face à Strasbourg leur ferait le plus grand bien. C’est tout le mal qu’on leur souhaite.