Perpignan - Montpellier : Nicolas Mas sera-t-il ovationné ou sifflé ?

Perpignan - Montpellier : Nicolas Mas sera-t-il ovationné ou sifflé ?
Top 14 - MHR : Nicolas Mas se concentre aujourd'hui sur l'équipe de France. (Crédit Photo : paddynapper (licence Le pilier international s'attend à tout à et n'importe quoi ce vendredi soir alors qu'il évoluera à Aimé-Giral sous les couleurs de Montpellier. Après 14 années de bons et loyaux services envers l’USA Perpignan, le pilier Nicolas Mas a décidé à 33 ans de « repartir de zéro » en rejoignant le MHR jusqu’en 2016. Un dernier tour de terrain aux allures de défi pour celui qui a longtemps porté le brassard de capitaine en catalogne et qui aujourd’hui joue les remplaçants de luxe. « Maxi (Bustos) est un très bon joueur. Il est en place à Montpellier depuis deux ans. Moi, j'arrive. Je suis comme un jeune, il faut que je fasse mes preuves » confie-t-il à l’Indépendant. Un statut qui lui convient parfaitement. Avec plus de 250 matchs de championnat dans les jambes, Mas apprécie désormais « de ne jouer que 40 minutes », priorité à la récupération avec en ligne de mire la Coupe du monde 2015 en Angleterre.

Cette situation, c’est lui qui l’a voulu : « Je devais passer à autre chose. » Des envies d’ailleurs, « de tourner la page » sans pour autant oublier son club de cœur, avec qui il a failli resigner suite un à entretien avec Daniel Besson, ancien président de l’USAP. Aujourd’hui, c’est sans regret qu’il s’apprête à retrouver Aimé-Giral avec le statut de visiteur. « Au lieu d'aller à gauche (où se situent les vestiaires catalans), j'irai à droite. C'est le rugby de maintenant, c'est comme ça. » S’il prétend ne pas avoir à se justifier, il espère tout de même montrer à l’exigent public du stade catalan que la décision qu’il a « prise était bonne. » Une manière de montrer par le jeu, qu’il n’est pas « un mercenaire » ni un « renégat ».

Des mots qu’on a cependant du mal à associer au bonhomme tant il a donné pour l’USAP : « Je pense que des joueurs qui auront fait tant d'années dans le même club, ça n'existera plus. » Cependant, le pilier international a toutes les raisons de croire à un accueil mitigé de la part d’Aimé-Giral si l’on s'en réfère à l’attitude des supporters envers Thomas Lièvremont et plus récemment Jérôme Porical, aujourd’hui au Stade français après six années passées à Perpignan, copieusement sifflé l’an passé. A la lecture des commentaires publiés sur Usap-Forum après la parution de cette interview, on peut imaginer à quelle sauce sera mangé Nicolas Mas. Alors qu'Hcupisant évoque du « mépris » de sa part, d’autres trouvent que ses réponses sont « pathétiques » et sans « cohérence ». Pana66 espère cependant qu’il ne sera pas sifflé mais qu’on ne lui fera pas de cadeau sur le terrain alors que gynojeje préconise de ne pas l’applaudir et de garder le silence « pour le féliciter de son nouveau projet professionnel ». Le principal intéressé s’attend « à tout et à n'importe quoi » alors que beaucoup lui reprochent une certaine langue de bois.