Les statistiques hallucinantes du match entre les All Blacks et les Springboks

Les statistiques hallucinantes du match entre les All Blacks et les Springboks
Rugby Championship - La joie d'Eben Etzebeth au coup de sifflet final.
Si on ne regarde que les chiffres, l'Afrique du Sud n'aurait jamais dû battre la Nouvelle-Zélande. Mais le rugby, c'est avant tout une histoire d'envie.

L'exploit des Boks en chiffres

Samedi, l'Afrique du Sud a réussi l'exploit de battre la Nouvelle-Zélande chez elle. Et ce, pour la première fois depuis 2009. C'est seulement la 36e en 96 rencontres entre ces deux nations que les Springboks dominent les All Blacks.

Rugby Championship - Comment les Springboks ont fait tomber les All Blacks chez eux

624
C'est le nombre de mètres parcourus par les Néo-Zélandais samedi à Wellington. En comparaison, les Sud-Africains n'ont porté le ballon que sur 258 mètres, soit plus de deux fois moins.

Les hommes de Rassie Erasmus n'ont battu que 12 défenseurs contre 39 pour ceux que Steve Hansen. Mais ils ont tout de même marqué cinq essais aux locaux, auteurs de six réalisations.
Course
59
Preuve de l'efficacité - ou de la prauveté selon certains - du jeu sud-africain, les Boks ont gagné en ne réalisant que 59 courses contre 215 pour les Blacks !
Joueur-2 
Comme souvent, les doubles champions du monde ont fait vivre le cuir et réalisé quatre fois plus de passes (257/64) et plus de offloads que leurs adversaires (14/3).
235
Plaquage  
Les plaquages, c'est pratiquement la seule statistique où les Sud-Africains sont devants les Néo-Zélandais. 235 plaquages au compteur, dont 39 manqués, contre seulement 61 pour les locaux (12 manqués).
Sifflet   
Autre point hallucinant dans cette défaite des All Blacks ? La disciplines des Néo-Z avec seulement trois pénalités concédées là où leurs adversaires ont obligé l'officiel à siffler dix fois. Les Boks ont même pris un carton jaune (Le Roux).
25%
La dernière statistique affolante de ce match au sommet, c'est le pourcentage de possession des Springboks, seulement 25 % sur la globalité de la rencontre. En deuxième période, ils ont même totalement laissé le cuir aux Néo-Zélandais avec seulement 19% de possession et 13 % d'occupation.