''La vie sur un fil'', le reportage sur la fin de carrière prématurée de Florian Houérie (Castres)

''La vie sur un fil'', le reportage sur la fin de carrière prématurée de Florian Houérie (Castres)
''La vie sur un fil'', le reportage sur la fin de carrière prématurée de Florian Houérie (Castres).
Contraint d’arrêter sa carrière et de subir une greffe du rein, Florian Houerie (ex Castres) impute la responsabilité au médecin de la formation tarnaise.

Dix, c'est le nombre de matchs disputés chez les pros par Florian Houérie, pilier gauche de Castres. Face à Clermont, à l'automne 2015, il entre en jeu, et ne peut empêcher la défaite des siens. Il ne le sait pas encore... mais cette rencontre sera sa dernière. Une semaine plus tard, le 6 novembre 2015, il reçoit alors un appel du médecin du centre de formation du club tarnais, lui demandant de se rendre aux urgences. Là-bas, on annonce à Florian qu'il souffre d'une insuffisance rénale.

On lui dit alors... qu'il a eu de la chance : "si vous aviez fait un effort trop important (contre Clermont), une mêlée qui se serait peut-être mal passée, vous auriez pu faire un avc, une crise cardiaque."

Comment Florian Houérie (ex-Castres) a surmonté sa maladie et la déception ?Les caméras de Stade 2 ont suivi l'ancien Castrais dans son combat. Plus de deux ans après déposé son recours en justice, Florian Houérie attend toujours le jugement. Il a reçu une greffe, repris ses études... mais son histoire interpelle, forcément. Le pilier impute la responsabilité au médecin du club, qui a refusé de répondre aux sollicitations de France TV, à l'instar du président du CO, Pierre-Yves Revol. 

L'enquête de Stade 2, elle, tend à prouver la négligence de ce médecin, toujours employé du club, et prévenu à maintes reprises de la maladie de Florian Houérie, dont les chances de guérison auraient été de 70%.

Découvrez en vidéo ce reportage : 

Lien Vidéo