Julien Delbouis (Stade Français) : ''J'en veux encore plus !'' [INTERVIEW]

Julien Delbouis (Stade Français) : ''J'en veux encore plus !'' [INTERVIEW]
Julien Delbouis est une des révélations de ce début de saison.
Ses mérites ayant été vantés dans la presse par Heyneke Meyer. Julien Delbouis revient sur son début de saison avec ses nouvelles couleurs parisiennes.

Début de saison bien rempli pour toi, une dizaine de feuilles de matchs, six titularisations, t'attendais-tu à ça en venant au Stade Français ?

Franchement ? Pas du tout... Je savais que j'allais avoir quelques chances à saisir en Challenge Cup, mais jouer autant, je ne m'y attendais pas... Aujourd'hui, je suis très content, mais j'en veux encore plus !

Pourquoi être parti de Massy après seulement une saison en Pro D2 lors de laquelle tu n'avais fait qu'une dizaine de matchs finalement ?

C'était un peu risqué, c'est sûr. Je suis assez jeune et il y a une forte concurrence au centre au Stade Français. J'avais eu l'occasion de partir avant, mais je voulais jouer en professionnel à Massy d'abord. C'est ce que j'ai fait l'année dernière et nous avons réussi à nous maintenir. Pour moi, c'était alors le bon moment de partir. Et puis, l'arrivée du nouveau staff au Stade Français était aussi très attirante. J'ai été ensuite contacté par Julien Dupuy qui m'a affirmé que les entraîneurs qui allaient arriver étaient très compétents et que je rentrais dans leur profil de centre un peu « sud-africain ».

Un profil de centre « sud-africain », qu'est-ce que c'est ?

C'est un profil assez costaud et ils aiment bien ça !

Le profil costaud, c'était vraiment pour jouer en Top 14 ou juste pour les Dieux du Stade ?

(Rires). Non, c'était surtout pour jouer... Les Dieux du Stade ça n'a rien à voir avec le terrain !

VIDEO . Le Calendrier des Dieux du Stade 2019 inspiré de la mythologie grecque

« J'étais assez sceptique... »

Au fait le maillot du Stade Français, tu le trouves vraiment beau ou..?

Au début, je dois avouer que j'étais assez sceptique... Mais au fur et à mesure, à force de jouer avec, on s'y habitue ! On joue principalement avec le maillot rose en plus. Mais oui, au départ, beaucoup de joueurs s'interrogeaient sur ce maillot...

Si tu devais dessiner ton propre maillot du Stade Français, qu'est-ce que tu ferais ?

Je n'en ai aucune idée... Je n'y connais rien en design ! Mais de toute façon, il faudra garder le rose, car c'est l'identité du club depuis plusieurs années.

Enfant, supportais-tu le Stade Français ?

Quand j'étais petit, je supportais Clermont au tout début. Mais après, quand j'ai joué à Massy avec les Crabos, puis avec les professionnels, je regardais surtout le rugby pour le beau jeu. Je ne supportais pas une équipe en particulier.

Avais-tu un modèle à l'époque ?

Pas vraiment...Après, il y avait des grands joueurs comme Dan Carter. Mais aussi au Stade Français comme Sergio Parisse, et, aujourd'hui, ça fait rêver de pouvoir s'entraîner avec lui tous les jours.

Il y a beaucoup d'internationaux au Stade Français comme Jonathan Danty et Gaël Fickou, comment se passe la concurrence au poste avec eux ?

Même si je ne pensais pas jouer autant en arrivant, le fait de pouvoir s'entraîner avec des joueurs comme Jonathan et Gaël, ça fait énormément progresser, car ils ont beaucoup d'expérience.

Dans le vestiaire, tu es plutôt avec les joueurs de ton poste ou tu te rapproches de ceux qui ont à peu près ton âge ?

Je suis avec tout le monde ! Mais bon, je suis forcément très proche de Lester Etien, puisqu'on est arrivés ensemble de Massy cette année. Après, il y a une très bonne ambiance, on s'entend tous biens. Les anciens sont souvent là à déconner, mais quand on est sur le terrain, ils savent faire la part des choses.Top 14 – À la mi-saison, quel bilan pour les joueurs à suivre ?

Le Stade Français, c'est quand même un club assez classe, qui est le mieux habillé dans l'équipe ?

Gaël Fickou a un sacré style... Après, ça peut ne pas plaire à tout le monde.

Si tu avais une anecdote du vestiaire à nous raconter, ce serait laquelle ?

J'en sais vraiment rien (rires). Si je devais en ressortir une, ce serait peut-être le style vestimentaire de Sekou Macalou ! Des fois, ça part vraiment dans tous les sens. Mais bon, du moment qu'il aime, c'est le principal.

Tu as été formé à Massy comme beaucoup de joueurs du Top 14 (Woki, N'Gandebe, Camara, Joseph), qui est pour toi le prochain talent massicois qui peut s'imposer dans une grosse équipe française ?

Jeune, pas vraiment, car c'est un 96, mais je pense à Maëlan Rabut qui joue arrière. Il a le potentiel pour évoluer au plus vite, c'est une certitude. Il y a aussi Youri Delhommel (22 ans), le talonneur, qui avait signé à Montpellier l'année dernière, mais qui est finalement resté à Massy (pour une année de prêt). Ce sont les deux jeunes joueurs qui sortent du lot pour moi. Mais les plus jeunes, ceux qui sont en Crabos, je ne les connais pas trop.

France U20 : à 17 ans, Jordan Joseph est élu meilleur joueur de la Coupe du monde

« Continuer à travailler »

Tu as dû le voir, Heyneke Meyer a fait ton éloge dans la presse récemment en révélant que tu étais peut-être le futur centre du XV de France, ça fait quoi de recevoir ce genre de compliment de la part d'un tel entraîneur ?

Je suis très content forcément. Mais après, il ne faut pas s'arrêter là, il faut continuer à travailler. L'équipe de France, c'est loin encore. J'ai peut-être une chance de jouer avec les U20 déjà cette année, je vais donc me focaliser sur mes objectifs personnels. Après, tout ce qui peut être dit à côté, ce n'est que du plus, il ne faut pas se fier à ça.

Tu as déjà de l'expérience avec l'équipe de France U20, regrettes-tu encore de ne pas avoir pu participer à la Coupe du monde l'été dernier ?

Bien sûr que j'ai des regrets. Après, ce sont des choix personnels, car je suis resté en club pendant le Tournoi des Six Nations. Mais ce sont aussi les choix des coachs et ça, on ne peut pas y remédier. Maintenant, j'ai la chance d'être encore dans la tranche d'âge cette année, donc forcément, c'est un objectif de participer à cet événement et d'être de nouveau champion du monde.

6 Nations, Championnats du monde : les dessous de la saison de France U20 racontés par Sébastien Piqueronies

Pour le prochain Tournoi, comment cela va-t-il se passer pour toi ? Seras-tu laissé à la disposition du Stade Français ou joueras-tu avec l'équipe de France U20 ?

J'ai eu quelques échos du manager (Sébastien Piqueronies), mais rien n'est sûr pour l'instant. Pendant les doublons, je devrais normalement rester avec le Stade Français, car Gaël (Fickou) et peut-être aussi Jonathan (Danty) seront avec l'équipe de France. Mais quand il n'y aura pas les doublons, j'irai avec les U20. Moi, tout ce que je veux, c'est jouer tous les week-end et performer.

Que peut-on te souhaiter pour 2019 ?

De continuer à jouer le plus possible et de saisir ma chance dès que j'en aurai l'occasion !