Jonathan Sexton est-il le meilleur joueur du monde ?

Jonathan Sexton est-il le meilleur joueur du monde ?
Jonathan Sexton, plus fort que Beauden Barrett ?
L'ouvreur irlandais a tout pour être sacré meilleur joueur du monde, ce dimanche aux World Rugby Awards.

Il a battu Barrett

La victoire irlandaise sur les Blacks a marqué les esprits, c'est un fait. Parce que les doubles champions du monde ne perdent pas souvent, déjà. Ensuite, parce que ces derniers n'ont pas trouvé la solution pour franchir le rideau des hommes de Joe Schmidt afin de marquer un essai. Enfin, parce qu'il s'agit du premier succès irlandais sur leur terre face à la Nouvelle-Zélande. Mais au-delà de la performance historique et collective, un joueur pourrait ressortir comme le grand gagnant de cette opposition : Jonathan Sexton.

À quand remonte le dernier match sans essai des All Blacks ?Nommé parmi les cinq joueurs de l'année par World Rugby, l'ouvreur (auteur de 11 points) pourrait bien profiter de cette victoire pour s'adjuger le titre suprême, décerné ce dimanche. Il a en tout cas pris l'avantage sur Beauden Barrett, lauréat du trophée ces deux dernières années, et battu - comme Rieko Ioane - ce samedi. Les deux autres nommés, Faf de Klerk et Malcolm Marx, ne devraient pas terminer sur le podium, avec leur palmarès nul et vierge en 2018. 

Il a tout gagné

Sexton, lui, a tout gagné en 2018. D'abord avec sa province du Leinster en Champions Cup (face au Racing 92) et en Pro14 (contre les Scarlets). Le doublé, donc, excusez du peu. Et avec l'Irlande ? Rien de moins qu'un Grand Chelem dans le 6 Nations, rendu possible par cette victoire sur le XV de France acquise sur un coup de génie de sa part, un drop dans les arrêts de jeu... La suite ? Une tournée victorieuse dans l'hémisphère sud (face aux Wallabies) et une victoire sur les Blacks, donc. Bref, Jonathan a marché sur la concurrence en 2018, et l'armoire à trophée commence à se faire petite. 

Pas sexy, mais efficace

Disons les choses : une compilation de Jonathan Sexton sur YouTube n'aura pas la même saveur que des highlights mettant en avant les exploits ballon en main d'un Barrett, Ioane, Cooper, ou Dupont... Parce que l'Irlandais n'est pas un joueur "spectaculaire". Avec lui, pas de chistéra, peu de prises d'intervalles ou de prises d'initiatives personnelles pour sortir du cadre, du système mis en place par son équipe. Contre les Blacks, Sexton a effectué... quatre courses, pour 5 mètres gagnés. A titre de comparaison, Barrett a effectué vingt-six courses, pour 49 mètres gagnés. 

Sexton, c'est aussi un jeu au pied infaillible et millimitré. Il en abuse ? C'est efficace. L'Irlande est forte, mais on s'ennuie en la regardant jouer ? La France de Didier Deschamps a subi les mêmes critiques. Elle est devenue championne du monde de football. 

Epanoui dans le système irlandais

Un chiffre vaut mille mots : l'Irlande a remporté dix-sept de ses dix-huit derniers matchs. Et le XV du Trèfle n'a perdu qu'une seule fois en 2018 : c'était cet été, en Australie. Le n°10 est forcément au coeur d'une telle série. Les Verts ont installé leur charnière depuis bien longtemps, et la paire Conor Murray (blessé face aux Kiwis) - Jonathan Sexton ne loupe (presque) rien. 

Dans le système de Schmidt, Sexton est le patron. Un rôle qui lui convient, et qu'il n'avait jamais vraiment pu obtenir lors de son passage en Top 14, jugé décevant sous le maillot du Racing 92. De retour au pays, l'ouvreur est épanoui. Il aura 34 ans lors de la prochaine Coupe du monde, et il sait ce qui lui reste à faire : amener l'Irlande en demi-finale d'un Mondial, pour la première fois de l'histoire... En attendant, il pourrait bien devenir le premier européen à soulever le trophée de meilleur joueur du monde, depuis Thierry Dusautoir en 2011.