[INTERVIEW] Comment le Toulousain Clément Castets est revenu plus fort après sa tumeur

Ecrit par vous !
[INTERVIEW] Comment le Toulousain Clément Castets est revenu plus fort après sa tumeur
Découvrez l'interview de Clément Castet, pilier du Stade Toulousain.
Clément Castets, pilier droit du Stade Toulousain et ancien capitaine de l'équipe de France U20 revient sur sa convalescence.

Clément Castets, pilier droit du Stade Toulousain et ancien capitaine de l'équipe de France U20, a été diagnostiqué d'une tumeur au cerveau. Opéré il y a moins d'un an, et avec six mois d'avance sur sa rééducation, le joueur sera ce week-end le vingt-quatrième homme toulousain. Clément nous dévoile comment s'est déroulé sa rééducation et dans quel état d'esprit il revient.

Pouvez-vous nous expliquer ce qui vous est arrivé ?

Il y a deux ans, lorsque je prenais des gros chocs sur le terrain, j'avais des troubles de la vision. J'ai passé des examens, et on m'a découvert ce cavernome (malformation des vaisseaux sanguins situés au cerveau). Après cette découverte, on m'a autorisé à rejouer. Puis la saison dernière, les symptômes se sont décuplés. Après le match contre Oyonnax (le 26 août 2017), j'ai commencé à avoir des troubles visuels récurrents, je ne voyais pas de l’œil gauche. C'est ce qui a mené à l’opération quelques semaines plus tard.Top 14 - Stade Toulousain : opéré à nouveau, Clément Castets sera éloigné des terrains pendant un an

Quel était votre planning de rééducation ?

Le chirurgien m'avait dit peu de temps avant l'opération, que je devais reprendre un an après. J'ai eu plusieurs étapes. Les six premières semaines, je ne pouvais absolument rien faire. Aucune activité sportive n'était autorisée. Ensuite, j'ai pu reprendre doucement le cardio, puis la muscu. Et lors du simple visite de contrôle, le chirurgien m'a annoncé que le trou dans mon crâne avait bien cicatrisé et qu'il avait retiré toute la tumeur. Je pouvais donc reprendre le rugby.

Votre pathologie n'a donc pas été provoquée par le sport ?

Non. Lors de l'IRM, on a vu qu'elle était présente bien avant ma pratique du rugby à haut niveau. Puis il n'y a pas assez d'études là-dessus pour prouver ce qui a provoqué cette tumeur.

Quand avez-vous repris le rugby ?

J'ai été autorisé à reprendre le rugby à haut niveau. Je m'entraîne depuis un mois et demi. Maintenant, c'est aux coachs de décider si je dois être dans le groupe ou pas.

Maintenant, voyez-vous les chocs et le jeu d'une façon différente ?

Non. J'avais un avis bien tranché là-dessus. Les polémiques sur les commotions cérébrales non pas lieu d'être. Le rugby est un sport violent, et il a connu des tragédies, comme le décès de Louis Fajfrowski qui était un proche. Mais, un K.O sur deux est dû à une mauvaise technique de plaquage. Je pense que c'est un sujet très grave. Mais c'est surtout un sujet qui fait parler beaucoup de personnes qui n'y connaissent pas grand-chose.Pourquoi la règle du passage en force est-elle ''un grand délire'' ?

Vous pensez donc qu'il ne faut pas mettre en place de nouvelles règles, mais se concentrer sur ce qu'on apprend en écoles de rugby ?

Oui. World Rugby met en place beaucoup de règles pour les rucks et les plaquages, mais je ne pense pas que c'est la solution. Les coudes en avant lors des percussions et les techniques de plaquages, sont les sources du problème. Il faudrait plus sensibiliser les jeunes à l'école de rugby.

Le rugby vous a-t-il manqué durant votre pause ?

Oui bien-sûr. Mais, j'ai eu la chance de poursuivre des études à côté du rugby. Je suis maintenant dans la deuxième année de mon parcours de pédicure podologie. J'ai donc eu malgré tout des journées très remplies.

Vous pouvez nous assurer que vous êtes « comme neuf » ?

Oui je suis comme neuf (Rires). Je peux jouer à cent pour cent sans aucun problème.Top 14 - Stade Toulousain. Clément Castets donne des nouvelles rassurantes concernant sa santé

Quel discours avez-vous eu avec vos coachs, et même le président, lorsque votre tumeur a été diagnostiquée ?

Ça a été assez simple. Je leur ai dit ce qui allait se passer. Il me restait année de contrat alors j'étais plutôt rassuré sur ce point-là. Mais tout le monde a été d'un grand soutient. Même au moment de la reprise, les coachs m'ont protégé et dit de ne pas revenir trop vite. Le préparateur physique du club, m'a fait un programme spécial, et m'a permis de revenir meilleur que ce que j'étais.

Avez-vous songé à arrêter votre carrière ?

Non. J'ai fait confiance au chirurgien. Il m'a dit que je pourrai rejouer, je suis resté là-dessus et j'ai considéré cette blessure comme si c'était un ligament-croisé ou une tout autre blessure de longue durée. Puis je me suis mis à travailler pour revenir au meilleur niveau.Top 14 – Stade Toulousain : la montée en puissance de Clément Castets, ex-capitaine des Bleuets

Clément Castets aimerait grandement remercier toutes les personnes ayant participé à la cagnotte pour la famille de Louis Fajfrowski qui est encore disponible sur le site Letchee.

BaptistePiquel
BaptistePiquel
Cet article est rédigé par BaptistePiquel, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !