Faut-il s'inquiéter pour le bon déroulement de la Coupe du monde 2019 ?

Faut-il s'inquiéter pour le bon déroulement de la Coupe du monde 2019 ?
Le Nissan Stadium accueillera la finale de la Coupe du monde 2019.
Le comité d'organisation de la Coupe du monde 2019 au Japon a été ou est confronté à différents problèmes.

À un an du coup d'envoi de la Coupe du monde, qu'en est-il de l'organisation ? Selon World Rugby, l'événement devrait être un succès du point de vue de l'affluence puisque 2,5 millions de demandes de billets ont été réalisées dont 30 % provenant de l'étranger. Or, il n'y a que 1,8 millions de places disponibles. L'instance internationale table sur un taux de remplissage de 98 % pour environ 20 rencontres. Néanmoins, World Rugby reconnaît que mettre sur pied ce Mondial au Japon a été un véritable défi. D'une part en raison de l'inexpérience du comité d'organisation par rapport aux récentes éditions en France, en Nouvelle-Zélande et en Angleterre. C'est en effet la première fois que la Coupe du monde se tient en Asie. 

Coupe du monde 2019. Les demandes de billets dépassent les attentesLe manque de savoir-faire n'est pas le seul problème. Outre les inquiétudes concernant la construction dans les temps des stages, les organisateurs ont également dû se creuser les méninges pour trouver les 52 camps de base nécessaires. Pourquoi autant me direz-vous alors qu'il n'y a que 20 nations engagées ? Et bien parce qu'elles ne vont pas jouer tous leurs matchs au même endroit. Les lieux qui offrent à la fois des hôtels capables d'accueillir des deuxièmes lignes de 2m, des terrains d'entraînement, des salles de sport voire des piscines ne sont pas légion. En faisant notamment appel à des experts étrangers, ils ont pris ce problème à bras-le-corps. 

Cependant, il y a une donnée sur laquelle ils ont très peu d'emprise : le temps. Ces dernières semaines, le Japon a été à la fois frappé par le typhon Jebi, dont les vents ont atteint 220 km/h, et un tremblement de terre. Une partie de la Coupe du monde (20 septembre - 2 novembre) se déroulera donc pendant ce qu'on appelle Akisame (la saison des pluies d’automne). World Rugby assure que le programme d'urgence est bien avancé si d'aventure une catastrophe naturelle devait se produire. Le calendrier a aussi été prévu de manière à ce que les matchs puissent être joués dans un autre stade un autre jour.