De la précarité à l'Assemblée Nationale grâce aux Cybervulcans

Ecrit par vous !
De la précarité à l'Assemblée Nationale grâce aux Cybervulcans

Cet article est rédigé par Rémi Lestang, Merci à lui ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :

  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !

Le nouveau député de l'Essonne Michel Pouzol a connu la précarité. Il a réussi à s'en sortir notamment grâce à la fréquentation du forum des supporters de l'ASM, les Cybervulcans.

De la précarité à l'Assemblée Nationale grâce aux Cybervulcans
Passer de la précarité à l’Assemblée Nationale grâce au rugby ? Une telle question prête naturellement à sourire et pourtant c’est la belle histoire qui vient d’arriver à Michel Pouzol, élu il y a une dizaine de jours député de la Nation.

Né à Clermont, ce fils d’ouvrier Michelin, a débuté sa vie à la radio en Auvergne avant de monter à Paris pour faire des piges dans des magazines spécialisés. Puis, c’est dans le cinéma qu’il rencontre le succès en réalisant quelques courts-métrages qui lui permettront de faire la tournée des festivals (dont celui de Clermont-Ferrand).

Malheureusement, à l’heure de réaliser son premier long-métrage, la société de production fait faillite. Endetté, il perd tout et emménage avec sa famille dans un cabanon de l’Essonne. Avant de découvrir un forum de rugby qui l’a aidé à traverser l’épreuve : « Je me connectais sur un forum de supporters de l’ASM, Cybervulcans.net. C’était mon oxygène, ils m’ont sauvé la vie ».

La solidarité se met ensuite en place : Il est relogé dans un appartement par une association et termine, amené par des militants PS, dans un meeting de François Hollande. Elu au Conseil Général de l’Essonne, il se lance cette année dans la bataille des législatives. Et la remporte.

On attend désormais que le député-internaute pose une question au gouvernement un mercredi après-midi avec l’écharpe jaune et bleue autour du cou…

Source : La Montagne