Bon : on vous explique pourquoi Sekou Macalou n'est pas appelé chez les Bleus !

Bon : on vous explique pourquoi Sekou Macalou n'est pas appelé chez les Bleus !
Bon : on vous explique pourquoi Sekou Macalou n'est pas appelé chez les Bleus !
Pourquoi Sekou Macalou n’est-il pas appelé chez les Bleus ? Tentatives d’explications, plus ou moins sérieuses...

Il est un des absents les plus remarqués de la liste de Jacques Brunel pour le Tournoi des 6 Nations. En progrès avec le Stade Français Paris, Sekou Macalou reste pourtant bloqué à une sélection, donnée par Guy Novès en novembre 2017. L’enfant de Sarcelles est réclamé par 60 millions de Jean-Michel Sélectionneur, mais pour le moment, même Fabien Sanconnie lui est préféré. Explications.

On le préserve pour Tokyo 2020

Bon, comme c’est parti, pas sûr que les Bleus aillent aux prochains JO. Mais il y a une bonne raison pour cela : l’absence de Sekou Macalou. Encore à Massy, le 3ème-ligne participait déjà aux World Series. Depuis, s’il se concentre sur le XV, Macalou serait assurément un profil très intéressant pour le rugby à 7 français...

Il a un dossier sur le sélectionneur

Non, on ne parle pas de sextape comme chez nos cousins footballeurs. Ici, on parle de quelques choses d’encore plus intime : une photo de Jacques Brunel sans moustache. Ce dernier l'a très mal pris, et refuse de l'appeler.

Il a perdu son passeport

Inspiré par Djibril Camara, Sekou Macalou a perdu son passeport. Plus exactement, ce dernier s’est fait manger par son chien, qu’on voit beaucoup sur la page Instagram du joueur. Pas de chance : Bernard Laporte a exigé que tout le monde soit en possession d’un passeport valide pour jouer sous le maillot bleu. Et si Sekou est comme moi, il a franchement la flemme de refaire le sien.

Il va trop vite

C’est bête à dire. Mais dans un groupe où Mathieu Bastareaud et Louis Picamoles font figure de rares références, les faire jouer à côté d’un joueur aussi rapide risquerait de mettre en lumière leur manque de gaz. Enfin, même sans Macalou, on le remarque déjà.

Les troisième-lignes aile porteurs de balles, ce n'est plus à la mode

Enfin, si. Mais pas en France. Si l’Angleterre réfléchit à faire jouer… un ¾ dans son pack, pour toujours plus de continuité dans le jeu, les Tricolores ne semblent pas prêts à franchir ce cap, préférant des plaqueurs/gratteurs au sein d’une 3ème-ligne déséquilibrée. Bref, la France est en retard. Comme (trop) souvent.

C’est le nouveau Jean Bouilhou

Joueur majeur du rugby français dans les années 2000, Jean Bouilhou fut une référence au poste de 3ème-ligne. Mais le Toulousain n’a obtenu… que deux petites sélections chez les Bleus. Toujours loué, souvent cité, jamais appelé : ça vous rappelle quelqu’un ?

Il est trop indiscipliné

Déjà que les Bleus ne sont pas au top. Si en plus, on doit être encore plus pénalisé que d'habitude, on risque de l'avoir, cette cuillère de bois...

On ne veut pas le griller médiatiquement

Les commentateurs en font des caisses sur Sekou Macalou. Ne pas réclamer sa sélection chez les Tricolores est un crime jugé par les grands chefs de Twitter. Mais ces derniers oublient vite la faculté du rugby français à brûler ses futures superstars. Fickou, Serin… Les exemples sont là. Or, il ne s’agirait de ne pas griller Macalou pour le Mondial 2023, que la France doit remporter.

Il n’a pas la carte

Sekou Macalou serait en train de vivre le quotidien de centaines de joueurs de niveau amateur : subir la concurrence déloyale du chouchou du coach. Un chouchou, ça peut louper des entraînements, se trouer en match ou porter des claquettes avec des chaussettes… mais continuer de jouer titulaire tous les dimanches. Bon, il faut voir le positif : la carte, il l’a avec Heyneke Meyer.

Parce que Marcoussis, c'est proche de Massy

Et que Macalou a tous ses potes là-bas. Papy Brunel ne voulant pas laisser ses enfants sortir sous peine de revivre la nuit d’Edimbourg, le sélectionneur ne souhaite prendre aucun risque. Les amis de Fabien Sanconnie, eux, sont à Brive, et se déplacent en tracteur. Rien à craindre.

#EdimbourgGate

Edimbourg, parlons-en. Sekou Macalou y était. Certains l’ont peut-être oublié, mais le flanker a été appelé par Brunel lors du dernier 6 Nations. Sans jouer… Il faisait partie des fêtards, sanctionnés par le sélectionneur. “Oui, j’en garde quelques regrets, mais j’assume les conséquences,” disait-il dans le Midol. Il est aussi le seul à ne pas avoir été rappelé. Peut-être continue-t-il d’être sanctionné, pour ne pas s’être dénoncé après cette fameuse nuit, la police le confondant avec Yacouba Camara, et arrêtant le Montpelliérain à sa place.

Il y a meilleur que lui

Brunel est un super sélectionneur, et toi tu critiques, vautré dans ton canapé.” Merci à Jean-Michel Analyse pour ce dernier point. Et s’il avait tout simplement raison ?