Aurélien Impérial, l'espoir du Stade Toulousain qui voulait retourner dans son club de Fédérale 2

Aurélien Impérial, l'espoir du Stade Toulousain qui voulait retourner dans son club de Fédérale 2
Aurélien Impérial préfère Villefranche au Stade Toulousain !

Aurélien Impérial, espoir du Stade Toulousain, décide de retourner en Fédérale 2... lassé par les contraintes du professionnalisme,

Peu de joueurs ont la chance de faire leurs premiers pas en Top 14 en marquant un essai à Clermont au Stade Miichelin. Aurélien Impérial, 22 ans, lui, a eu cet honneur. C'était au mois de mars dernier, alors qu'il profitait d'une cascade de blessures au poste d'ailier au Stade Toulousain (Médard, Clerc, Matanavou, Payen...) pour faire ses débuts dans le grand bain. Il avait ensuite disputé un second match face à l'USAP, au mois d'avril, avant de retourner chez les Espoirs.

Après de tels débuts, on pouvait imaginer un avenir tout tracé pour ce jeune joueur prometteur. Et bien non, n'en déplaise aux commentateurs qui se réjouissaient de pouvoir faire des jeux de mots faciles avec son patronyme. Après 3 années chez les Rouge et Noir, le jeune joueur a décidé de ne pas poursuivre sa route au Stade, et de revenir dans son club de Villefranche-de-Lauragais, en Fédérale 2. Les raisons ? Tout simplement l'envie de retrouver du plaisir sur les terrains, loin des contraintes de la (parfois) froide machine du rugby professionnel.

« Durant ces trois saisons passées au Stade Toulousain, je n'ai vécu que pour le rugby. Avec des entrainements quotidiens et toutes les exigences du milieu professionnel, je suis arrivé à saturation. J'ai donc décidé de faire un break. »

« Pour moi, il n'y avait pas d'autres solutions, sinon j'aurais arrêté purement et simplement le rugby. Il est quasiment impossible de nouer des relations avec les espoirs, les groupes changent tous les ans. (…) J'ai déjà du mal à considérer le rugby comme un moyen de subsistance. Pour moi, cela reste un plaisir partagé avec les copains. Cet environnement, je le trouve plus avec mes copains de Villefranche qu'au Stade, c'est clair. »

« Non, vraiment, je n'ai aucun regret. Même si je suis conscient que cela peut surprendre. (…) J'ai été dans le groupe à deux reprises la saison dernière, contre Clermont et Toulon, et contre La Rochelle en 2010-2011. Quand je suis entré, soyons lucides, c'est comme bouche-trou. »

Un choix qui peut en effet paraître étonnant, quand on voit que certains jeunes joueurs comme Antoine Guillamon ou Gaël Fickou sont prêts à se battre pour rejoindre les rangs du club le plus titré de France. Ou au contraire plutôt sain... après tout, le rugby reste un jeu, et le plaisir reste le plus important.
On vous laissera vous faire votre avis !

Source : La Dépêche

Si t'as pas lu ces articles, tu joues pas dimanche !
Ecrit par vous !
PORTRAIT. À la découverte de Jérémy Rozier, ancien international universitaire devenu arbitre international de rugby à 7
par Nicolas GRISONI
PORTRAIT. À la découverte de Jérémy Rozier, ancien international universitaire devenu arbitre international de rugby à 7 21 janvier 2018 à 17:30
RUGBY AMATEUR - Récit d'un arbitre : ''Ah, on est cons quand même, mais ça fait du bien''
Amateur RUGBY AMATEUR - Récit d'un arbitre : ''Ah, on est cons quand même, mais ça fait du bien'' 21 janvier 2018 à 14:30

Abonnez vous !

Et soutenez-nous

Pour le prix d'une pinte !

Un Teeshirt le Rugbynistère offert pour chaque abonné !
  • Pas de pub
  • T-Shirt Rugby Division Rugby Division
  • Mode Lecture Confort
  • Bon d'achat Rugby 20€
  • Satisfait ou remboursé 90 jours
Ecrit par vous !
INTERNATIONAL - Le Canada au bord de l'abîme avant son rendez-vous contre l'Uruguay
par Doc Geopolitik
INTERNATIONAL - Le Canada au bord de l'abîme avant son rendez-vous contre l'Uruguay 21 janvier 2018 à 10:30
Ecrit par vous !
AMATEUR - Un centre d'entraînement pour tous les joueurs des clubs du Val d'Oise voit le jour
par Vincent Lenouvel
AMATEUR - Un centre d'entraînement pour tous les joueurs des clubs du Val d'Oise voit le jour 20 janvier 2018 à 20:30

Charger les commentaires