Quels plats japonais pourraient remplacer le traditionnel poulet-pâtes ?

Quels plats japonais pourraient remplacer le traditionnel poulet-pâtes ?
Le riz au curry est un plat ultra répandu au Japon. Crédit image : Youtube oishi san
Voici une liste de plats japonais qui pourraient très bien remplacer le célèbre poulet-pâtes si cher aux rugbymen amateurs et professionnels.

Le curry japonais

Le curry japonais, appelé karē raisu au Japon, fait lui la part belle au riz. Il est accompagné de légumes (oignons, carottes, pommes de terre) et de viande. Le tout, avec de la sauce de curry. Il en existe plusieurs sortes, du moins épicé au plus épicé. On trouve généralement la préparation pour la sauce toute faite, sous forme de poudre ou de cubes qui fondent. C'est un des plats les plus connus au Japon. Le karē peut aussi se préparer avec des nouilles mais aussi avec du pain, le célèbre karē pan. Le curry est enveloppé dans de la pâte puis frit.Crédit vidéoCocoricoJapon

Le onigiri

Le sportif, et qui plus est de haut niveau, aime savoir ce qu'il mange. Non seulement parce qu'il doit se maintenir à un poids de forme pour être performant sur le pré. Mais aussi pour éviter des problèmes liés par exemple au dopage. L'avantage du onigiri, c'est sa simplicité. Une boule de riz blanc avec éventuellement du nori (feuille d'algue séchée) et une garniture. On peut y mettre ce que l'on veut dedans mais on y trouve traditionnellement du saumon, du thon voire du poulet. Mais il est tout à fait possible d'en avoir aux légumes. Facile à préparer comme à manger, ils apportent à la fois des glucides mais aussi des protéines. Vous pourriez très bien en manger à la place du traditionnel poulet-pâtes du dimanche.

L’okonomiyaki

Composé notamment d'œufs, on peut le comparer à l'omelette qu'on peut manger en France. Et qui dit œuf, dit protéines. Il diffère cependant par la diversité de ses ingrédients. On trouve principalement du chou blanc dans l'okonomiyaki mais aussi des crevettes, des algues, du poisson séché mais on peut le décliner à volonté. C'est un plat qui tient bien au corps alors il est préférable de ne pas le manger juste avant le match. Il peut tout à fait être diététique si vous évitez de le recouvrir d'une couche épaisse de mayonnaise et de sauce.

Le yakiniku 

On le sait, les rugbymen sont friands de barbecue. Dès que les beaux jours pointent le bout de leur nez, ils ne peuvent pas s'empêcher d'inviter les collègues. Notamment parce que le BBQ est une méthode de cuisson qui permet d'éviter les graisses. C'est également très convivial. Au Japon, le plat qui consiste à faire griller la viande (niku en japonais), sur une plaque, une grille ou au charbon, c'est le yakiniku. Boeuf, porc, abats, tout y passe et on accompagne généralement la viande de légumes.Quelles spécialisés déguster à Kyushu en suivant le XV de France au Japon ?

Les ramen

Les pâtes ne se mangent pas qu'avec de la bolognaise et dix centimètres de fromage dessus. Importées de Chine, les ramen sont des nouilles servies dans un bouillon de poisson ou de viandes. Lequel est assaisonné à la sauce soja ou au miso. Il y en existe des dizaines de sortes dans le Japon. On peut y trouver bien évidemment de la viande ou alors du tofu, mais aussi un oeuf, des légumes, des champignons, du bambou, des algues, etc. Une fois de plus, c'est un plat complet mais attention si vous surveillez votre poids, c'est très calorique. 

Bonus :

L'edamame

Si on en trouve pas uniquement au Japon, l'edamame est un plat, ou plutôt entrée ou accompagnement que vous pouvez commander lorsque vous sortez entres amis après le travail. Il s'agit d'une fève de soja immature qui est riche en protéine (12 gr pour 100 gr). A ce titre, elle est particulièrement prisée par les végétariens et les vegan. On peut la cuire comme des légumes mais elle sera parfaite pour un snack avant votre séance de musculation.