Poudlard, Winterfell, Tatooine... : où pourrait-on organiser le prochain France - Japon ?

Poudlard, Winterfell, Tatooine... : où pourrait-on organiser le prochain France - Japon ?
Et si Roland Garros accueillait le prochain France - Japon ?

Le XV de France doit affronter le Japon le 25 novembre prochain. Problème : pour le moment, le lieu du match n'a pas été officialisé.

Le Stade Bollaert de Lens, l’U Arena de Nanterre et même le Stade Bonal de Sochaux selon l’Est RépublicainMais où se déroulera le test-match entre la France et le Japon, prévu le 25 novembre prochain ? Initialement prévue à Lille, la rencontre n’aura finalement pas lieu au Stade Pierre-Mauroy puisque la priorité a été donnée à la finale de Coupe Davis entre… la France (quand même) et la Belgique voisine. Une situation quelque peu ubuesque, puisque la FFR ne sait toujours pas où organiser la partie, à deux mois du coup d’envoi.

Mais puisqu’on est plutôt sympa, on va les aider à trancher !

Winterfell

La FFR tenait absolument à organiser ce match dans le Nord de la France. Malheureusement, Lille n’est plus dispo, Lens préfère le foot et Arras… non, faut pas déconner quand même, pas Arras ! Finalement, ce sera Westeros - et plus précisément Winterfell - puisqu’un endroit où tout le monde applaudit le fait qu’un mec se tape sa tante, c’est quand même à peu près pareil. Et tant pis si dans le même temps, les Marcheurs Blancs menacent de faire capoter le bon déroulement du match.

  • Avantage : la FFR se paie un partenariat avec le Tournoi des 6 Stations et s’en met plein les poches.

  • Inconvénient : il va neiger (et à la fin, tout le monde meurt.)

Tatooine

Pour les non-initiés, Tatooine est une planète désertique, située dans la bordure extérieure. Mais entre les deux-trois pintes bues à la Cantina et les pillages des hommes des sables, il ne se passe plus grand chose là-bas. Le dernier grand événement sportif ? La course de modules remportée par le jeune Anakin Skywalker, “il y a bien longtemps”... À l’image de l’élu de la prophétie ridiculisant Sebulba, Antoine Dupont se charge de terrasser les Japonais à lui tout seul, faisant de lui la-nouvelle-pépite-du-rugby-français-qui-va-nous-faire-gagner-la-Coupe-du-Monde. Bon, il y a un an c’était Baptiste Serin, mais au moins, ça fera des articles dans le Midol et des longs débats dans la section “commentaires” du Rugbynistère.

  • Avantage : il fera chaud malgré la fin du mois de novembre.

  • Inconvénient : c’est loin, et Jabba le Huth va vendre les billets de match à prix d’or sur le marché noir.

Dublin

Le 25 novembre, on connaîtra le pays organisateur de la Coupe du monde 2023. Attention spoiler : ce sera l’Irlande. Battu et défait, Bernard Laporte ? Ce serait mal connaître le président de la FFR, qui n’a pas dit son dernier mot. Son idée : organiser France / Japon à Dublin et décrédibiliser le comité irlandais, façon cheval de Troie. Tous les moyens sont bons, et le résultat est une catastrophe : Serge Simon fera même un podcast en direct des vestiaires saccagés de l’Aviva Stadium. Pris de panique, le board de World Rugby annule tout et donne le Mondial à la France. Sacré Bernard, qui prouve une nouvelle fois qu’il a réponse à tout.

  • Avantage : on a la Coupe du monde 2023.

  • Inconvénient : c’est pas très ROUGBY comme plan.

Roland Garros

Mais pourquoi personne n’y pense ? Puisque le tennis marche sur nos plates-bandes, pourquoi le rugby ne marcherait-il pas sur celles de la petite balle jaune ? Roland Garros reste un lieu mythique du sport français et international. À vrai dire, on y gagnerait presque au change par rapport à Lille. Alors bien sûr, les terrains ne font pas 100 mètres et on ne pourra pas faire entrer 50 000 personnes, mais c’est aussi l’occasion de redonner une dimension “rugby amateur” au XV de France avec un public plus proche des joueurs.

  • Avantage : la FFR bat la FFT par KO au jeu de “qui a la plus grosse ?”

  • Inconvénient : jouer au rugby sur terre battue, c’est pas l’idée du siècle.

Mexique

Cette proposition est presque sérieuse. Après les ouragans et les tremblements de terre de ces dernières semaines, un match de rugby permettrait de redonner le sourire aux gens et de lever des fonds en faveur des victimes. Face à l’impossibilité d’organiser un match de cette ampleur dans les Antilles en si peu de temps, la FFR se tourne vers le Mexique et son légendaire Estadio Azteca. Alors d’accord, le ballon ovale n’est pas trèèèès développé là-bas, mais demandez aux Mexicains s’ils préfèrent regarder un match de rugby, ou voir débarquer les Anges de la TV Réalité, saison 29 ?

  • Avantage : la tequila à la place de la bière.

  • Inconvénient : grosse gueule de bois le dimanche matin.

Poudlard

Le quidditch, vous connaissez ? On y joue sur des balais volants, et le match ne se termine que lorsque l’attrapeur s’empare du vif d’or, permettant à son équipe d’engranger 150 points. Accessoirement, on peut également marquer des buts et fracasser l’adversaire grâce aux cognards envoyés par les batteurs (l’occasion de sortir Pascal Papé de sa jeune retraite). Le Quidditch se jouant à 7, la FFR ne se prive pas pour rappeler Virimi Vakatawa et Terry Bouhraoua pour ce match délocalisé à Poudlard. Bon, faut quand même faire gaffe, le Japon nous a battu comme des bleus aux derniers Jeux Olympiques...

  • Avantage : Emma Watson qui donne le coup d’envoi.

  • Inconvénient : si vous êtes moldus, vous ne verrez pas la rencontre.

Et vous, vous l'organiseriez où ce France - Japon ?