6 Nations - Quels sont les points à retenir avant Irlande - France ?

6 Nations - Quels sont les points à retenir avant Irlande - France ?
6 Nations - L'Irlande entend pas punir les Bleus comme en 2018.
Samedi 23 Février, Guilhem Guirado est tout sourire au micro de Cécile Grès. L'équipe de France vient de remporter son premier match en 2019 et ce avec une certaine manière face à des écossais plutôt pales.

Ce dimanche 10 mars, ces mêmes Tricolores iront chercher … Une confirmation ? Un exploit ? Enfin quelque chose en Irlande. Peut-être de l’Irish stew si ça se trouve. Malgré une défaite contre les Anglais sur leurs terres, les « rouquins », on le rappelle, ont réalisé le Grand Chelem l'an passé, remporté la tournée estivale en Australie, battu les Blacks à l'automne... Du coup, même si on se trouve sur une énorme série de 1 victoire de rang, on ne va pas se mentir ça va être chaud. Héroïsme ou énorme branlée ? Seuls les Bleus auront la réponse ce week-end. Et puis je ne voudrais pas me mouiller avec un pronostic foireux, j’avais prédit une victoire à Twickenham déjà, quel flair.[PRONOSTICS] 6 Nations - L'Écosse et la France peuvent-elles jouer les troubles-fête ?Pourtant côté XV du Trèfle, on n’est pas très rassurés non plus. Joe Schmidt a avoué son inquiétude en se rappelant du drop victorieux glané à la dernière minute devant un stade totalement sur le cul. Vous pensez ce que vous voulez, moi je dis qu’il bluffe l’ami Joe et nous chambre un peu au passage. Alors que retenir avant ce match ?6 Nations - IRLANDE : pourquoi Joe Schmidt avoue-t-il son inquiétude ?

La continuité enfin ?

La composition est tombée et le sélectionneur français n’a opéré aucun changement pour la 4e journée du tournoi. Oui vous avez bien lu, AUCUN. Compte tenu d’une prestation relativement satisfaisante contre le XV du chardon, tonton moustache a opté pour la stabilité. On ne change pas une équipe qui gagne comme on dit. Et puis honnêtement, avec toutes les modifications qu’on a connues depuis sa prise de fonction, il y a de quoi s’en contenter.

Quelqu’un se souvient de Maxime Machenaud en équipe de France ? Car seuls 7 des 23 joueurs qui fouleront l’Aviva Stadium ce dimanche étaient là lors de la défaite cruelle de la saison dernière. De quoi relativiser quand on lit le mot continuité en fin de compte. Mais coup d’éclat en conférence de presse, cette composition-là se rapproche beaucoup de celle qui affrontera l’Argentine le 21 septembre au Japon manifestement. On n’est quand même pas à l’abri d’une cascade de blessures avec l’intensification du Top 14 à l’aube des phases finales. Pour ceux qui n’ont pas compris, les jeux ne sont pas vraiment faits.

Dupont/Ntamack/Ramos

Trois joueurs, trois toulousains sous les feux de la rampe depuis deux semaines et une prestation majeure. « Donnez-leur les clés du camion », a-t-on pu même lire sur les réseaux sociaux. Le nouveau boys band du XV de France a fait forte impression. A tel point qu’on en entend parler sur le forum d’un site consacré au ballon rond. On a tous le droit de s’égarer par les temps qui courent.6 Nations- Qui sont les meilleurs joueurs après trois journées ?Antoine Dupont, 103 minutes jouées, soit l’équivalent d’un match et demi et des statistiques impressionnantes. 152 mètres gagnés, 11 défenseurs battus et 7 franchissements, le meilleur Français dans cette catégorie, juste derrière Kinghorne qui a joué plus du double de temps. Romain Ntamack, n’a pas les mêmes chiffres que son copain à la charnière mais il est l’auteur de 27 plaquages depuis le début du tournoi dont 20 lors de la dernière rencontre. Si maintenant on aligne des demis d’ouverture qui savent plaquer, Jules Plisson va bientôt éteindre sa télé. Et pour terminer cette bande de 2be3, Thomas Ramos, auteur de 103 mètres parcourus en 109 minutes. Presque un mètre par minute. Quand on considère qu’il a porté le même numéro que Yoann Huget à Twickenham, on peut parler de petit exploit.

Vous l’aurez compris, des jambes, de la fraîcheur et de l’enthousiasme. Il n’en faut pas plus pour enflammer la toile et pourquoi pas la pelouse de Dublin. Ajoutez à ces trois p’tits bonhommes un Lambey ou un Iturria et vous obtiendrez une infime source d’espoir sur leurs jeunes épaules. Infime car en bons Français, s’ils se loupent dès ce week-end on criera au scandale et on demandera illico le retour d’Alexandre Albouy à la mêlée et Benoit Baby à l’ouverture. Car oui, la carrière internationale de l’ancien Biarrot est un sujet qui fait encore débat en 2019.

Au revoir Fofana

J’ai piqué le jeu de mots à un copain parce que je l’ai trouvé rigolo mais aussi parce que la non-sélection de Fofana est tout aussi rigolote. Quand on sélectionne Wesley il est blessé, quand on ne le sélectionne pas il peut jouer. Suis-moi je te fuis, fuis-moi je te suis. Titularisé contre Grenoble et élu homme du match par les internautes (probablement auvergnats dans l’intégralité), il ne sera pas du voyage au pays des rouquins. Jacques Brunel préférant reconduire Gaël Fickou et Mathieu Bastareaud, ce dernier pouvant encore nous surprendre après son coup de pied en tentant une passe sautée. Mais le Clermontois n’est pas le seul absent à souligner.La relance de Ramos, le par-dessus de Bastareaud, les Bleus font chavirer le Stade de France [VIDÉO]

Son copain Camille Lopez, pour s’être plaint au directeur que son professeur principal ne le préparait pas assez pour le brevet, n'est pas dans le groupe. En attendant il reste bon dans les autres matières à en croire sa prestation de ce week-end. De quoi faire couler de l’encre chez les "haters" clermontois. Teddy Thomas également. Pas le plus bosseur des joueurs français mais un ailier bourré de talent, il a encore planté trois essais en tongs contre la Rochelle samedi dernier. Pas de gros essais d’opportuniste en plus, des essais où il casse des reins, balance des pas de l’oie pour terminer par une célébration de footeux en bout de ligne. Jean Baptiste Elissalde, lui, ne sait toujours pas comment enlever ces satanées œillères qui l’empêchent de regarder les matchs de Top 14. Surtout ceux du Racing 92.Top 14 - Porté par un Teddy Thomas en feu, le Racing passe 50 points à la RochelleSi je devais dresser la liste des absents, en vue des bonnes prestations des uns et des autres, elle serait longue comme le bras. Seulement, place à la continuité cette semaine on a dit, les absents ont toujours tort et devront ronger leur frein. Les présents eux, auront tout intérêt à régaler la foule parce que derrière ça pousse, certains doivent déjà faire de l’huile à l’heure qu’il est.

Les Irlandais quand même

On peut tourner le match dans tous les sens, regarder des milliers de statistiques, interviewer une poignée de spécialistes, l’Irlande reste un sacré morceau et une belle montagne à franchir. 

Ce que l’on sait. Ils ont perdu contre les Anglais chez eux et sont privés de Grand Chelem. Ils ont gagné en Italie en faisant tourner mais la prestation n’était pas ouf. Ils ont tapé les Blacks au mois de novembre, ce n’est pas rien. Ils sont troisièmes au classement IRB. Ils ont pléthore de joueurs qui peuvent nous rouler dessus : Murray, Sexton, O’Mahony ou Best pour ne citer qu’eux. Bref, c’est du costaud.

Ce qu’ils ne savent pas. C’est que Gregory Aldritt est un (bon) joueur de rugby qui peut claquer des doublés. C’est qu’on a fait revenir Sébastien Bézy et Cedate Gomes Sa pour les foutre en tribunes. C’est qu’Anthony Belleau est devant Lionel Beauxis dans la hiérarchie des ouvreurs français. C’est que Paul Willemse parle français. C’est qu’on a tapé les Ecossais qu’eux aussi ont battus. Mais eux ont battu des Italiens que nous n’avons pas encore affrontés, du coup ils n’arrivent pas vraiment à situer notre niveau. Ils ne savent pas non plus qu’on est sur une série en cours de une victoire et que fort de cette confiance, on va venir les taper à Dublin pour les rendre encore plus ridicules. Ça y est je m’emballe.

Ils ne nous connaissent pas

C’est probablement la statistique majeure avant ce match. Depuis 2014, on a rencontré les petits bonhommes verts six fois (pour cinq défaites hein). En six rencontres, la composition a été remaniée quasiment à chaque fois. Petit aperçu des joueurs qui ont le plus affronté les « Irishs mens ». Je remercie le travail de Russ Petty, a.k.a @rpetty80 pour les Twittos:

Ben Arous/Guirado/Slimani

Pape/Maestri

Lauret/Camara/Chouly

Machenaud/Lopez

Vakatawa/Fofana/Bastareaud/Huget

Spedding

Autant dire que les gars de Joe Schmidt n’ont pour la plupart jamais affronté certains de nos Bleus sur la scène internationale. Who is Etienne Falgoux ? J’ai évidemment un peu triché sur cette compo car Poirot et Fickou sont à égalité avec Ben Arous et Fofana. On y retrouve aussi Pascal Papé qui ne joue plus au rugby, ainsi que Scott Spedding car c’est toujours bon de se rappeler que Philippe Saint André lui a offert une carrière internationale pour finalement se faire marcher dessus par Julian Savea. Celui de 2015, l’actuel se ferait asseoir par Marc Andreu.

En cas de victoire ce dimanche, la lueur d’espoir entrevue dans les yeux des tricolores contre l’Ecosse grandira. Les forces rebelles se développeront et sortiront de leur tanière afin que le rugby français en ressorte grandit. Non je déconne, on mettra tout sur le dos de la French Chatte et on continuera de gueuler à chaque non-sélection de Sofiane Guitoune. Enfin, ça sera mon cas du moins. Dans l’optique d’une défaite, on se permettra un petit reboot pour vous sortir des articles expliquant pourquoi c’était mieux avant. Allez les bleus !