France - All Blacks | La Légende continue (de Ian Borthwick)

France - All Blacks | La Légende continue (de Ian Borthwick)
France - All Blacks | La Légende continue (de Ian Borthwick) 1968. Brian Lochore, capitaine et n°8 de la Nouvelle-Zélande qui affrontait la France venu en tournée. Il se souvient d'un match particulièrement rude.. une époque où les remplacements n'existaient pas... et les cartons rouges non plus ; « Nous avons eu un mot avec Puget (demi de mêlée de Brive et du XV de France), c'était le capitaine, mais c'était en fait un des pires fauteurs de troubles, qui n'arrêtait pas de japper comme un terrier et d'être bêtement agressif. Pring (arbitre néo-zélandais de la rencontre) ne me l'a jamais pardonné. Je lui ai dit qu'il avait perdu le contrôle du match, ce qui était vrai à mes yeux, et qu'il refusait de voir certaines choses qui se passaient. C'était un vilain match, qui a laissé un goût amer, et je n'ai vraiment pas envie d'évoquer certains incidents. Disons que les Français donnaient des coups de pied à la tête à des mecs au sol, et ce n'était pas très malin ».

France - <a href=All Blacks | La Légende continue (de Ian Borthwick)" src="http://www.lerugbynistere.fr/blog_media/wp-content/uploads/2013/11/blacks-214x300.jpg" width="214" height="300" title="France - All Blacks | La Légende continue (de Ian Borthwick)" />

Cette interview est issue du livre « France – All Blacks – La légende continue », écrit par Ian Borthwick. Difficile de faire plus légitime que ce Néo-Zélandais, établi à Paris, qui collabore avec de nombreux titres de presse français et anglophones. Il en a croisé du beau monde en assistant à 43 confrontations entre les All Blacks et les Bleus entre 1961 et 2013. Grâce à une série d'interviews avec les joueurs des deux équipes il permet de plonger au cœur de l'histoire commune des deux équipes.

Dès les premières pages, qui correspondent aux rencontres du début du XXe siècle, on se rend compte que les All Blacks sont sur le toit du monde depuis longtemps. Les anecdotes et les péripéties surréalistes des équipes françaises en tournée captivent le lecteur très rapidement. Une seule envie, tourner la page et traverser les années comme les 470 pages de ce bouquin.