XV de France - Le chantier de la 3ème ligne : et si on aidait Guy Novès ?

XV de France - Le chantier de la 3ème ligne : et si on aidait Guy Novès ?
On ose un nouveau regard sur cette jeune génération talentueuse à l'aile de la 3ème ligne

Abondance de bien ne nuit pas, certes… Quitte à devoir renouveler des mises à l’écart de joueurs excellents, comme ce fut le cas pour Yannick Nyanga ?

Les différentes listes de cette tournée d’automne peuvent nous donner des impressions contradictoires : d’un côté, un réservoir bien faible (qui aurait parié une seconde sur une titularisation de Marco Tauleigne contre les Blacks, dans des conditions normales ?), de l’autre la révélation de joueurs sans pression (Macalou ou Sanconnie, pour ne pas les citer). Sans oublier la liste des blessés (Goujon, Ollivon, Chouly, Galletier), voire la liste des absents (Jean-Pierre Perez et Imanol, transparent après le coup d’envoi qu’il a pourtant lui-même tapé). Si on pouvait croire l’été dernier que Guytou avait fait tous ses choix, nous voilà bien feintés : en l’absence de Goujon et Ollivon, on laisse de côté une composition à trois 8 pour revenir à des profils plus athlétiques avec Cancoriet sur le premier test, Macalou sur le second. Le premier est reconduit contre les Boks, et le second a toutes les chances de démarrer face au Japon.

VIDEO. Décisif, aérien et gros défenseur, Sekou Macalou envoie un message au sélectionneurCe changement contraint est peut-être, paradoxalement, salutaire : les profils complémentaires ajoutent des options au sélectionneur. Sans Macalou, aurait-on existé en touche mardi ? Avec Chouly, peut-être. Le capitaine de touche a cruellement fait défaut samedi dernier. Une conquête un peu meilleure aurait permis de limiter la pression et confisquer quelques ballons, dont la France a été sevrée, du moins tant que les Blacks jouaient le jeu. Mais est-ce vraiment une option ? On avait beaucoup parlé ces derniers mois d’une troisième ligne idéale, composée de Picamoles entouré de la révélation Gourdon et de Goujon. Les blessures étant ce qu’elles sont, reconduire cette triplette n’était pas possible, et il a fallu l’ouvrir à de nouveaux éléments évoluant dans des registres différents.

Aux offensifs Picamoles et Gourdon, on a donc ajouté Cancoriet, plutôt discret samedi ; mardi, c'est au tour de Tauleigne (blessé) et Lauret d'être rejoints par Macalou, dans un rôle de coureur-sauteur remarqué. Disons-le tout net : ces profils manquaient au XV de France. On peut jouer sur la puissance contre l’Argentine ou l’Écosse, pas contre les Blacks ou l’Afrique du Sud. Il faut être plus subtil, et Cancoriet et Macalou sont capables d'apporter un facteur X bienvenu. D’abord, ils sont inconnus au niveau international : on brouille les cartes pour les séances vidéos des autres équipes. Ensuite, ils arrivent avec l’enthousiasme de la jeunesse : pas encore trop cramés, ils peuvent faire la différence sur un match. Enfin, ils comblent les carences en touche en étant capable de sauter efficacement (avouez que vous aussi vous avez applaudi devant votre télé quand Macalou chippe le ballon à 5 mètres de notre ligne).

À deux ans de la Coupe du Monde au Japon, où on ne fait pas figure de favori ne serait-ce que pour passer les poules, il est temps de trancher dans les sujets chauds : quels profils veut-on voir dans notre équipe ? Et pour moi le choix est clair : il nous faut de la complémentarité dans la troisième ligne. Alors, par pitié M. Novès : donnez une chance à nos jeunes talents !


Charger les commentaires